Show Less

Théâtres d’Asie et d’Orient

Traditions, rencontres, métissages

Series:

Edited By Eve Feuillebois-Pierunek

Ce livre offre un panorama des formes théâtrales – traditionnelles ou modernes – d’Asie et d’Orient, du Japon au Maroc en passant par la Turquie et Israël, pour la première fois réunies en un même volume dans une perspective comparatiste. Deux espaces s’y dessinent, d’une part l’Extrême-Orient et l’Inde où l’art théâtral est une évidence et appartient à la « grande » littérature, et d’autre part le Moyen-Orient où son statut est moins assuré en raison de sa position mineure dans la hiérarchie des arts. De même, deux sortes de théâtres se succèdent, se complètent ou s’opposent : les formes traditionnelles, caractérisées par la stylisation et le recours à toute la palette des arts visuels et auditifs, et les formes modernes, partout inspirées de l’Occident, avec plusieurs types d’assimilation. Les articles de ce volume tentent de proposer une définition interculturelle du théâtre, d’en distinguer les genres et d’en déterminer les fonctions, en partant de la présentation des différentes expressions théâtrales traditionnelles. Ils étudient les modalités de rencontre de celles-ci avec le théâtre occidental, les métissages ou évolutions qui en ont résulté, les thématiques et aspects formels qui ont retenu l’attention des dramaturges modernes et contemporains d’Asie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le théâtre israélien

Extract

Lily PERLEMUTER Institut national des langues et civilisations orientales Le peuple juif est considéré comme le peuple du Livre. Si sa littéra- ture est d’une très grande richesse, le théâtre, cependant, n’a jamais vraiment fait partie de la civilisation hébraïque1. Ceci est probablement dû au fait que la Bible, le Talmud et les écrits plus tardifs des rabbins expriment de façon véhémente leur opposition au théâtre. Dans le judaïsme, la farce est identifiée à l’idolâtrie et l’hérésie. Le premier verset des Psaumes dit : « Heureux l’homme qui n’est pas allé au conseil des méchants, qui ne s’est pas arrêté sur la voie des pécheurs et qui n’a pas siégé à la séance des railleurs, mais qui trouve son plaisir dans la Loi de l’Éternel et jour et nuit médite la Loi. » Le mot hébreu létsim, qui est traduit ici par « railleurs », a aujourd’hui pour sens « farceurs, clowns ». Le deuxième commandement dit : « Tu ne feras pas d’idole, aucune image de ce qui est dans les cieux en haut, ou de ce qui est sur la terre en bas, ou de ce qui est dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant eux et tu ne les serviras pas » (Deutéronome, 5, 8-9). En fait, la nature monothéiste du judaïsme, sa philosophie et sa structure sociale ont découragé, voire empêché le d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.