Show Less

Comme dans une nuit de Pâques ?

Les relations franco-grecques, 1944-1981

Series:

Lorenz Plassmann

Cet ouvrage a reçu le Prix Joseph du Teil 2013, décerné par l’Académie des Sciences Morales et Politiques de l’Institut de France.

Il fallait combler un vide laissé par l’historiographie anglo-saxonne et grecque sur l’histoire de la Grèce contemporaine : non, la France n’est pas absente de son évolution politique et économique après la Seconde Guerre mondiale. Au lendemain du conflit elle risque pourtant d’y perdre ses positions privilégiées acquises depuis le XIX e siècle, au profit des Britanniques et des Américains qui intègrent la Grèce dans leur sphère d’influence à l’aube de la guerre froide. Alors que le rôle joué par les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’URSS était étudié pendant des décennies sous toutes ses coutures dans nombre de travaux de recherche, colloques et publications spécialisés sur la Grèce, la France faisait figure de parent pauvre.
Ce livre sur les relations entre la France et la Grèce, depuis le début de la guerre civile grecque en 1944 jusqu’à l’adhésion pleine et entière de la Grèce à la CEE en 1981, rétablit un certain équilibre dans l’historiographie contemporaine. Les archives françaises et grecques consultées par l’auteur, pour certaines jusque-là encore inédites, ouvrent un champ nouveau dans la compréhension des relations entre les deux pays et du rôle joué par la France dans la destinée du peuple hellène au cours de cette période si particulière marquée par la définition d’un monde bipolaire où l’enjeu de la sécurité menace les repères traditionnels.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIÈRE PARTIE. 1944-1952. SURVIVANCE

Extract

31 PREMIÈRE PARTIE 1944-1952 SURVIVANCE La Grèce, libérée en octobre 1944, n’a pas le temps de jouir de sa li- berté retrouvée. Elle plonge presque immédiatement dans les années sombres de la guerre civile dont les conséquences – des dizaines de milliers de morts, des déchirures politiques et sociales profondes – vont peser sur son avenir pendant des décennies. Le pays est exsangue, sous perfusion de l’aide américaine, miné par l’instabilité politique, et sa reconstruction semble insurmontable. La guerre civile fait aussi de la Grèce un des premiers enjeux de la guerre froide, car les forces commu- nistes sont bientôt repoussées aux frontières nord du pays, et le bloc soviétique en profite pour tourner son regard du côté des Balkans. Aux Nations unies, Moscou dépose une requête contre la présence militaire britannique puis l’Ukraine lui emboîte le pas, accusant Athènes d’entretenir l’instabilité aux frontières balkaniques et de menacer l’Albanie. À peine créée, l’ONU se retrouve ainsi chargée d’une mission complexe, celle d’apaiser les premières tensions de la guerre froide naissante, à travers l’envoi sur le terrain de commissions d’enquête et de contrôle. Le monde semble alors rivé au chevet de la Grèce malade, non pas pour la guérir, semble-t-il, mais pour éviter toute contagion. Par ailleurs, en même temps que la Grèce se cherche en Occident des alliés fidèles qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.