Show Less

Le prix de l’impasse

Christianisme africain et imaginaires politiques

Series:

Kasereka Kavwahirehi

Effondrements et périls suprêmes appellent toujours de grandes reconstructions de sens et d’ordre. Comment concevoir de nouvelles modalités d’un vivre-ensemble humain dans la région des Grands Lacs africains ? Faut-il parler de reconstruction ou de refondation ? Quelles ressources mobiliser ? Que faire pour que les millions de morts deviennent source d’une production politique ? Telles sont les questions que pose ce livre.
L’ingénierie politicienne et l’humanitarisme néolibéral ont montré leur incapacité à promouvoir un projet de relèvement du sujet africain. À la différence de la raison technique, les traditions religieuses contiennent des ressources symboliques d’une force particulière pour faire échec aux forces mortifères de désintégration : réunir l’homme brisé avec lui-même comme avec les autres et le cosmos. Quelles sont dès lors les conditions que doit remplir le christianisme pour jouer un rôle moteur dans la ré-imagination politique de l’Afrique et instituer un nouvel imaginaire social : celui de la sacralité de la vie ?
La démarche interdisciplinaire de l’auteur, qui plonge dans le drame humain de la région des Grands Lacs, ouvre des voies pour des pratiques éthique, théologique, politique et philosophique aptes à permettre une remontée commune en humanité.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préface (Bogumil Jewsiewicki)

Extract

13 Préface Bogumil Jewsiewicki Kasereka Kavwahirehi termine ainsi son livre : « ce que nous avons à construire, ce sont des communautés de vie1 », ayant écrit quelques lignes auparavant : « C’est bien à partir de cette expérience de l’homme dans sa fragilité ou son incapacité à faire sens que doit se penser le projet de soulèvement de la vie, d’émergence ou de constitution d’un nouveau sujet libre, autonome et sensible à la douleur de l’autre. » Dans un monde où la violence vient « de la décomposition du sens et avec lui de tout ce qui faisait repère pour le sens », la ré-invention de la politique s’impose. Pour bien mesurer le poids de ces paroles, il faut rappeler que non seulement l’auteur canadien est d’origine congolaise, mais que ses racines personnelles, son expérience de vie initiale, ses lieux de mémoire se situent à l’Est du pays martyrisé par l’interminable guerre. La forme de son livre est savante, en attestent de très nombreuses citations, dont le passage cité ci-dessus de Jean-Luc Nancy, une abondante bibliographie, bref une impressionnante érudition. Par contre, l’engagement pour la ré-invention de la politique vient de la mémoire vive tant personnelle que sociale et du sens du devoir. Préparer cette ré-invention serait une tâche dévolue aux Églises et aux intellectuels, en particulier ceux qui « œuvrent dans le domaine des sciences humaines et sociales ». L’injonction morale interdisant l’indifférence à la douleur de l’autre, que cet autre fasse partie des siens ou...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.