Show Less

Guerre et Paix

Une destinée européenne ?

Series:

Edited By Sylvain Schirmann

Les expériences communes des Européens conduisent-elles à une « européanisation des consciences » ? L’amorce d’un processus de construction européenne au XXe siècle, et notamment après 1945, s’est nourrie d’un narratif mettant en valeur l’apport de ce processus à la paix, au développement socio-économique et à l’enracinement démocratique. Ce narratif est présent dans l’ensemble des discours et décliné à travers des adaptations nationales dans la majeure partie des États membres de l’UE. En panne aujourd’hui, il mérite d’être interrogé. Ne favorise-t-il pas des « mémoires concurrentes », rendent difficile l’émergence de lieux de mémoire européens ? Compte tenu, justement, de certains événements mémoriels : centenaire de la Grande Guerre, soixantième anniversaire du déclenchement de la guerre d’Algérie, conférence de Genève de 1954 qui scelle la fin de la première guerre d’Indochine, échec de la CED en 1954 qui lance le processus de réarmement de l’Allemagne, les auteurs des contributions réunies dans ces actes réfléchissent à la thématique de la destinée européenne, autour de trois axes : les conflits européens (ces « guerres civiles européennes »), les victimes, et les processus de pacification.
Ce volume se veut un hommage rendu à l’œuvre de l’homme qui, dans les murs de sa maison de Scy-Chazelles, a réfléchi à la paix européenne. Il voudrait ainsi permettre le dépassement de cette classique destinée européenne évoquée par le titre de la manifestation.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Václav Havel et la question allemande (Anne Bazin)

Extract

141 Václav Havel et la question allemande sudètes en RFA3 ont, dès leur création dans les années 1950, formulé des revendications à l’égard de la Tchécoslovaquie, auxquelles le contexte de l’après-guerre froide a donné une impulsion nouvelle, même si elles n’ont guère changé sur le fond. Ces revendications se déclinent en trois points­:­1.­la­revendication­d’un­«­droit­au­retour­»­;­2.­la­restitution­des­ biens expropriés et une indemnisation pour les dommages subis lors de l’expulsion et 3. l’abrogation des décrets Beneš concernant les Allemands de Tchécoslovaquie4. La dimension historique et identitaire est plus complexe à expliciter. Elle repose sur deux éléments : d’une part, le fait que les relations entre les Tchèques et les Allemands en Bohême relevaient – jusqu’à l’expulsion – d’une « communauté conflictuelle »5 et pas simplement d’un conflit continu entre les deux nations et d’autre part, le fait que la question ren- voie à des débats internes complexes de part et d’autre. Pour les Tchèques, c’est le débat identitaire, qui est une constante de l’histoire de la nation tchèque depuis le XIXe siècle au moins. Pour les Allemands, c’est le rap- port aux expulsés, aucun débat n’ayant vraiment pu se développer en RFA jusqu’à la fin des années 1990 sur « l’autre mémoire » allemande de la Seconde Guerre mondiale, celle des victimes allemandes, à la fois parce qu’il était difficile pour le pays d’évoquer ses propres...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.