Show Less

Danse et spectacle vivant

Réflexion critique sur la construction des savoirs

Series:

Elodie Verlinden

Les pratiques contemporaines, exogènes et plus anciennes rendent les définitions de la danse labiles. Cet ouvrage a pour objectif premier de relire les discours scientifiques sur la danse à travers quelques démarches considérées comme illustratives d’une discipline : les modes de représentation de Foster ; les formes de (re)présentation de Hanna ; le lecteur modèle d’Eco ; les questionnaires de Pavis, d’Helbo et d’Ubersfeld ; la souspartition et la pré-expressivité de Barba ; le Rasaesthetics de Schechner ; l’orchésalité de Bernard, etc.
Ce parcours a pour vocation seconde d’interroger les modes de construction de l’objet danse au sein des études en arts du spectacle vivant en attirant l’attention sur des paramètres généralement masqués par des approches globalisantes ou non adaptées, tels que l’énergie, l’intention, la pulsion auto-affective, les champs sensoriels, les techniques extra-quotidiennes.
L’approche défamiliarisante aborde des modélisations en perspective par rapport à leur objet, et conduit non seulement à saisir de manière critique les regards sur la danse mais à élaborer un modèle propre qui pose la question de l’identité et des processus énonciatifs de la danse au sein du paradigme des arts du spectacle vivant.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos

Extract

La danse comme objet d’étude Si la Belgique est souvent considérée comme un « pôle important de la création chorégraphique »1, la recherche en danse y est pourtant quasiment inexistante, un numéro de Nouvelles de danse2 en faisait également le constat. Peu de spécialistes, un unique centre de documentation3 aux moyens extrêmement limités, des pourvoyeurs de bourses désintéressés de la chose chorégraphique, etc. Les obstacles à notre recherche étaient nombreux, mais la danse, le mystère qui l’entoure, l’attrait qu’elle exerce et notre désir de l’étudier primaient. Cependant, ce projet de longue haleine n’aurait pu être mené à bien sans le soutien sans faille d’André Helbo. Ce projet est donc lié à une passion pour la danse. Or, la passion est l’ennemi de la raison indispensable à tout travail scientifique. Il nous semble donc nécessaire de préciser, dans un premier temps, les raisons personnelles qui ont suscité cette recherche ; tant dans un souci d’honnêteté vis-à-vis du lecteur, que comme prise de conscience permettant à l’auteur de prendre la distance nécessaire au travail scientifique. Dans un second temps, nous présenterons l’intérêt du sujet d’un point de vue scientifique. « Martine à l’opéra », « Barbie ballerine », l’incontournable retransmission de « Casse-Noisette » sur Arte à Noël, etc., tous ces souvenirs emblématiques participent certainement à la fascination que la danse – classique ! – exerce sur la plupart des petites filles. Celles-ci s’inscrivent alors à des cours dans l’espoir d’être choisies un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.