Show Less

L’œuvre de Vladimir Nabokov au regard de la culture et de l’art allemands

Survivances de l’expressionnisme

Series:

Alexia Gassin

Jusqu’à présent, les études nabokoviennes ont tendance à ignorer l’influence de la culture allemande sur l’œuvre de Vladimir Nabokov. Ce faisant, elles se conforment aux propos de l’écrivain qui a fréquemment déclaré que, malgré ses quinze années passées en Allemagne (1922–1937), il a toujours évité tout contact avec la langue et l’univers allemands. Pourtant, bien que l’émigration russe à Berlin vive en vase clos, les frontières entre les mondes russe et allemand ne sont pas si étanches, ce qui apparaît nettement dans les fréquentes allusions littéraires de l’écrivain à des œuvres de littérature, de cinéma et de peinture allemandes.
Le présent ouvrage a donc pour objectif de lire l’œuvre de Nabokov dans le contexte de l’art allemand de la fin du XIX e et du début du XX e siècle, notamment de l’esthétique expressionniste et de trois de ses grands thèmes majeurs, à savoir l’altération du psychisme humain, l’ambivalence de la figure féminine et la représentation de la grande ville. Il vise ainsi à proposer une nouvelle interprétation des œuvres russes de Nabokov, à reconstruire le contexte culturel berlinois (cinéma et peinture) dans lequel ces dernières furent créées et à montrer que l’écrivain n’était pas si hermétique à la culture allemande qu’il voulait bien le laisser entendre.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract

L’objectif de notre ouvrage visait à établir et présenter une nouvelle source d’inspiration, c’est-à-dire l’expressionnisme allemand, pour les textes composés par Nabokov pendant sa période russe. En effet, ce sujet, même s’il avait déjà été abordé par certains chercheurs, n’avait pas encore été développé de manière approfondie dans un travail de recherche, et ce pour une raison majeure : les critiques avaient pris l’habitude de croire l’écrivain qui certifiait ne pas apprécier l’Allemagne et ne s’être intéressé ni à la culture allemande de l’époque ni à l’expressionnisme à propos duquel il ne s’exprimait jamais directement. De fait, Nabokov avait toujours affirmé qu’il ne parlait pas la langue allemande et ne la comprenait pas non plus et vivait par conséquent à l’écart des Berlinois et de leur quotidien alors même qu’il habita quinze ans à Berlin, au cœur même de la vie littéraire et artistique des années 1920, et y écrivit une grande partie de son œuvre, ancrant la majeure partie de ses intrigues dans la capitale allemande. Par ces déclarations, il essayait de troubler le lecteur et la critique de façon à les empêcher de retrouver les influences allemandes qui avaient pu être exercées sur son œuvre. Pour ce faire, il insistait sur l’idée qu’il avait toujours préféré la compagnie de l’importante colonie russe qui s’était installée à Berlin au lendemain de la Révolution et pour laquelle il est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.