Show Less

Forme(s) et modes d’être / Form(s) and Modes of Being

L’ontologie de Roman Ingarden / The Ontology of Roman Ingarden

Series:

Edited By Olivier Malherbe and Sébastien Richard

Le présent ouvrage est un recueil d’articles de chercheurs internationaux sur l’apport à l’ontologie du phénoménologue polonais Roman Ingarden. Il contient des contributions sur des thèmes aussi divers que la dépendance existentielle, les catégories ontologiques, les modes d’être, la substance, la causalité, la forme, l’idéalisme ou encore l’ontologie des objets fictifs. Ce volume démontre que la pensée d’Ingarden ne se limite pas à la phénoménologie et à l’histoire de celle-ci, mais est susceptible d’apporter une contribution singulière à la recherche métaphysique contemporaine.
This books is a collection of papers written by international researchers on the contribution to ontology of the Polish phenomenologist Roman Ingarden. It contains texts of such various themes as ontological dependency, ontological categories, modes of being, substance, causality, form, idealism and the ontology fictional objects. This book shows that Ingarden’s thought goes beyond phenomenology and its history, and could be of a valuable interest for contemporary metaphysical research.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La violation du tiers exclu comme critère d’intentionnalité (Denis Seron)

Extract

197 La violation du tiers exclu comme critère d’intentionnalité Denis seron FNRS, Université de Liège La notion d’intentionnalité a souvent été associée à celle de critère, et cela en deux sens distincts au moins1. Au premier sens, il s’agissait de se servir de l’intentionnalité comme d’une « marque » du mental. L’idée était que la présence ou l’absence d’intentionnalité fournit un critère pour distinguer entre ce qui est mental et ce qui ne l’est pas. Au second sens, il s’agissait d’énoncer un critère pour l’intentionnalité elle-même, à savoir pour distinguer entre ce qui est représentationnel et ce qui ne l’est pas. Franz Brentano tombe visiblement dans la première catégorie. Cependant, je suggérerai plus loin qu’il tombe aussi dans la seconde, et qu’il existe chez lui également un critère d’intentionnalité. Du point de vue de la Psychologie du point de vue empirique, il est insuffisant de dire que les phénomènes mentaux se distinguent des phénomènes physiques par le fait qu’ils possèdent cette mystérieuse propriété qu’on appelle aujourd’hui « intentionnalité ». Centralement, il faut encore s’assurer que la différence est accessible à la perception interne, et dire à quoi, à quels caractères l’évidence de la perception interne nous permet de reconnaître ce qui est représentationnel. C’est cette question du critère d’intentionnalité qui nous occupera dans les pages qui suivent. Philosophiquement importante pour toutes sortes de raisons, cette question reste présente dans la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.