Show Less
Restricted access

La Grande Guerre en musique

Vie et création musicales en France pendant la Première Guerre mondiale

Series:

Florence Doé de Maindreville and Stéphan Etcharry

Qu’elle permette d’oublier les horreurs vécues, de donner du courage aux soldats et à leur famille, de souder une nation face à l’ennemi, d’accompagner la mémoire des disparus et de réconforter les survivants, la musique a occupé une place importante durant la Grande Guerre. Inscrit dans une dynamique de recherche scientifique, ce livre propose des enquêtes originales sur la vie musicale au front et à l’arrière. Centré sur la création artistique, il apporte des éclairages inédits, notamment sur la façon dont les compositeurs et les interprètes ont vécu leur art dans un moment aussi critique de l’histoire, et soulève de nombreuses questions : quelles sont les motivations des musiciens à poursuivre leur activité dans un contexte aussi dramatique ? La musique est-elle vécue comme engagement offensif ou comme échappatoire ? Comment les musiciens sont-ils perçus au front par les autres soldats ? Comment les compositeurs, à l’avant comme à l’arrière, se positionnent-ils face à la création ? Voici quelques-unes des questions qui traversent ce livre, lequel, au fil des chapitres consacrés tour à tour à des acteurs plus ou moins célèbres du monde artistique, à des œuvres, au problème de l’édition ou encore à la vie culturelle à Paris et en province, trame un panorama musical de cette France en guerre.
Show Summary Details
Restricted access

Le Tambour d’Alfred Bruneau : entre musique de guerre et bataille artistique

Extract

Le Tambour d’Alfred Bruneau

Entre musique de guerre et bataille artistique

Jean-Christophe BRANGER

Université de Saint-Étienne

« Oh ! la guerre ! Héroïque leçon et fléau de la terre ! » Ainsi s’exclame la vieille servante Marcelline lorsque, accablée, elle jette à la face du public cette dernière réplique qui ramasse en une formule le message fondamental de L’Attaque du moulin d’Alfred Bruneau. En effet, composé sur un livret de Louis Gallet d’après la nouvelle éponyme d’Émile Zola, le « drame lyrique » met en scène l’histoire de Françoise et Dominique, deux jeunes paysans dont les fiançailles sont brusquement interrompues par l’entrée en guerre de leur pays. Le moulin du père de Françoise, Merlier, est ensuite assiégé et Dominique fait prisonnier. Mais celui-ci parvient à s’échapper en tuant une sentinelle. Merlier, qui s’était livré pour sauver son futur gendre, est alors exécuté en représailles par les ennemis, juste avant l’entrée en scène des troupes françaises dont le chant de victoire établit un contraste saisissant. Cette fin à la fois grinçante et tragique avait été en fait prédite par Marcelline au premier acte : dans un long monologue, elle s’était répandue en de terribles imprécations contre la guerre lorsque le tambour, venu annoncer la mobilisation générale, avait réveillé en elle le souvenir cruel d’une mère ayant perdu autrefois ses deux enfants...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.