Show Less
Restricted access

Les racines populaires de la culture européenne

Series:

Jacques Delneste, Olivier Odaert and Olivier Odaert

L’émergence d’une culture de masse multimédiatique en Europe, à partir des années 1830, s’est traduite par une amplification et une accélération des phénomènes de circulation et d’adaptation des œuvres à l’échelle internationale. Dans ce contexte, pourquoi certains auteurs, certaines figures et certains genres ont-ils essaimé plutôt que d’autres ? Comment ces produits culturels ont-ils circulé, en subissant quelles contraintes, quelles transformations ? Quels ont été les acteurs de cette ouverture des cultures nationales à un contexte international ? Comment les éditeurs, notamment, ont-ils contribué à la diffusion des œuvres et des récits en mettant en place des stratégies de traduction ou de plagiat à peine déguisées, ou encore en constituant des collections d’origine étrangère ?
Cet ouvrage collectif tente de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore en étudiant les phénomènes de circulation transnationale et d’adaptation transmédiatique des produits culturels.
Show Summary Details
Restricted access

EPOP import/export. De quelques hypothèses sur la circulation transnationale et transmédiatique des fictions de grande consommation en Europe (1840-1940) (Jacques Migozzi)

Extract

← 14 | 15 → EPOP import/export De quelques hypothèses sur la circulation transnationale et transmédiatique des fictions de grande consommation en Europe (1840-1940)

Jacques MIGOZZI

Université de Limoges

Dès la première grande séquence de la culture médiatique, de la « querelle du roman-feuilleton » durant les années 1840 jusqu’au seuil des années 1930, les fictions populaires dans le monde occidental n’ont cessé de circuler d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, de l’écrit à l’écran : dès la page d’accueil du musée virtuel Popular roots of european culture (www.popular-roots.eu), je posais sans sourciller cette forte thèse, au nom du collectif international de chercheurs mobilisés autour du projet EPOP. Nous n’avions à juste titre guère de doutes sur sa pertinence, car quelques mois d’investigations panoramiques tous azimuts avaient confirmé, en nous fournissant à foison des exemples prototypiques, ce phénomène peu souligné et a fortiori peu étudié jusqu’alors, même si les historiens de la culture avaient commencé à pointer son importance quantitative et qualitative. Avec l’enthousiasme peut-être déraisonnable et la témérité innocente de pionniers s’appropriant ce qu’ils rêvaient comme une nouvelle frontière de la recherche, nous avons alors décidé d’aller plus loin que cette phase initiale de balisages, de repérages et de carottages, et de prolonger par une recherche de fond une première saisie descriptive commandée par une intention vulgarisatrice. C’est dans cet esprit que seront présent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.