Show Less
Restricted access

Les Amériques au fil du devenir

Écritures de l’altérité, frontières mouvantes

Series:

Fatiha Idmhand, Cécile Braillon-Chantraine, Ada Savin and Hélène Aji

Il n’est pas si courant de réunir des spécialistes de différentes cultures et littératures des Amériques plutôt habitués à se retrouver dans des manifestations distinctes, selon leur champ de spécialisation et en fonction des langues ou civilisations étudiées, des classements par époques ou courants, tant dans le domaine des littératures que dans celui des autres expressions artistiques.
Interroger ainsi ce qu’on pourrait appeler « les littératures des Amériques » comme ensemble soumis conjointement aux regards critiques de spécialistes des Nords et des Suds américains ne va donc pas de soi et n’est pas chose commune dans le domaine de la recherche en sciences humaines. Les travaux réunis dans cet ouvrage veulent nous situer au cœur de la bibliothèque évoquée par Jorge Luis Borges dans ses Ficciones, dans l’Univers du Multiple dans l’Un, dans la grande archive de la littérature, pour la comprendre autrement, dans sa complexité et ses mouvements.
Show Summary Details
Restricted access

« Cartes échographiques d’un “je” archipel » : réflexions autour de “Stories My Mother Never Told Me” de María De Los Angeles Lemus

Extract



Celia DOUSSIN

Université de Versailles Saint Quentin

Dans son essai From “Stories My Mother Never Told Me”1, qui figure dans l’anthologie éditée par Andrea O’Reilly Herrera, ReMembering Cuba : Legacy of a Diaspora, María De Los Angeles Lemus décline son identité à géographie variable, une carte mémorielle tracée à partir d’innombrables récits maternels. Son « je » s’est en effet, dessiné au cœur de cette omniprésence sonore de l’absence visuelle d’une réalité devenue inaccessible. Elle s’est façonnée à travers les échos d’un passé révolu, celui de la plus grande île de la Caraïbe : Cuba. Fruit d’une deuxième génération de colons espagnols, l’histoire familiale de María De Los Angeles Lemus reflète les multiples trajectoires migratoires transatlantiques. Lorsqu’en 1967, ses parents furent forcés de quitter Cuba, leur départ vers Porto Rico, autre maillon de l’archipel caribéen, eut le goût amer de l’exil. Déracinement traumatique que l’auteur de cet essai vécut in-utéro, déjà sensible aux échos d’un monde discordant filtrés par sa mère, véritable récepteur-transmetteur sensoriel de cette rupture. Ainsi, María De Los Angeles Lemus vit le jour à Porto Rico, « île-étape », trait d’union entre îles et continent ; son « je » interstitiel devient d’emblée l’écho d’une dynamique intrinsèque à la Caraïbe « Tout-Monde », qui selon Edouard Glissant est un espace d’effervescences plurielles, précieux creuset d’identités chorales diasporiques...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.