Show Less
Restricted access

La désobéissance épistémique

Rhétorique de la modernité, logique de la colonialité et grammaire de la décolonialité

Series:

Edited By Walter Mignolo

Pour penser au-delà des frontières épistémiques et territoriales établies par la colonisation des XV e et XVI e siècles, il est nécessaire d’identifier les formes d’acteurs et d’institutions dévalorisées par ces frontières.
Il est alors possible de mieux se détacher de ce dispositif conceptuel en optant pour un revirement épistémique qui consiste à privilégier, sur les traces de Fanon notamment, la socio-genèse d’un « être qui existe là où il pense » dans un environnement « pluri-versel ».
Un tel écart procède d’un acte d’émancipation qui ose transgresser la référence à l’universalisme abstrait hérité des Modernes pour dominer le monde. C’est un acte de « désobéissance épistémique ».
Show Summary Details
Restricted access

La désobéissance épistémique. Rhétorique de la modernité, logique de la colonialité et grammaire de la décolonialité

Extract

| 27 →

La désobéissance épistémique

Rhétorique de la modernité, logique de la colonialité et grammaire de la décolonialité

par Walter MIGNOLO

(traduit par Yasmine JOUHARI et Marc MAESSCHALCK)

« […] Le colonialisme ne se contente pas d’imposer sa loi au présent et à l’avenir du pays dominé. Le colonialisme ne se satisfait pas d’enserrer le peuple dans ses mailles, de vider le cerveau colonisé de toute forme et de tout contenu. Par une sorte de perversion de la logique, il s’oriente vers le passé du peuple opprimé, le distord, le défigure, l’anéantit » (F. Fanon, Les damnés de la terre, La découverte et Syros, Paris, 2002, p. 201).

Introduction

En mai 2004, Arturo Escobar et moi-même avons organisé une réunion du groupe modernité/colonialité à l’université de Duke et à l’université de Caroline du Nord1. Depuis 1998, les rencontres avaient porté sur deux thèmes d’égale importance : (1) les questions et/ou les problématiques les plus intéressantes apparues lors de la réunion antérieure ; (2) les problématiques qui avaient occupé les membres du groupe dans l’entre-deux. Suite à nos rencontres tenues durant les mois de mai et de juin 2004, nous nous sommes surtout interrogés sur la théorie critique de Max Horkheimer et sur ses rapports avec nos centres d’intérêts.

Comment la théorie critique pouvait-elle nous aider à penser dans un m...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.