Show Less
Restricted access

«Political ecology» des services écosystémiques

Series:

Xavier Arnauld de Sartre, Monica Castro, Simon Dufour and Johan Oszwald

La notion de services écosystémiques s’est récemment imposée comme un mot d’ordre de la gouvernance environnementale. Rejetée en bloc ou adoptée de manière acritique, cette notion fait le buzz dans la science globale. Suivant une démarche de political ecology qui combine des approches de sociologie des sciences, de géographie politique et de cartographie critique, cet ouvrage propose une analyse critique de la notion de services écosystémiques et cherche à en délimiter le périmètre de validité. Après en avoir analysé l’histoire et l’évolution récente, les auteurs analysent son appropriation dans les arènes de la gouvernance environnementale globale et par les ONG critiques de cette gouvernance, ainsi que dans les politiques publiques de pays forestiers tropicaux (Brésil et Gabon). Ces analyses posent les bases d’une analyse critique de la modélisation et de la cartographie de services écosystémiques fondée à la fois sur une revue de la littérature existante et sur l’analyse de données recueillies dans le cadre de fronts pionniers tropicaux (au Brésil et en Colombie).
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 8. Spatialiser des services écosystémiques, un enjeu méthodologique et plus encore

Extract

| 205 →

CHAPITRE 8

Spatialiser des services écosystémiques, un enjeu méthodologique et plus encore

Solen Le CLEC’H, Simon DUFOUR, Johan OSZWALD, Michel GRIMALDI, Nicolas JÉGOU

Disposer d’information spatialisée est un enjeu majeur dans l’analyse de données relatives à l’état du milieu, à la biodiversité ou aux processus environnementaux. Cet enjeu a été identifié dès le XIXe siècle (Turner et al., 2003) et devient, depuis quelques décennies, incontournable (Delcourt et al. ; Allen et Star, 1982 ; O’neill et al., 1986 ; Addicott et al., 1987 ; Getis et Franklin, 1987 ; Mentemeyer et Box, 1987 ; Morris, 1987). Or, les travaux menés en géographie et analyse spatiale ont bien montré que représenter spatialement ce type d’information est un acte qui possède une double dimension technique et symbolique (Poidevin, 1999 ; Harris et Hazen, 2006). En effet, d’une part, cela mobilise des savoirs, des outils et des méthodes spécifiques qu’il convient de bien mettre en œuvre (Poidevin, 1999). D’autre part, l’information géographique et sa représentation possèdent également une forme de pouvoir (Harley, 1989 ; Beguin et Pumain, 1994 ; Del Casino et Hanna, 2006 ; Wood et al., 2010). La manière dont l’information est sélectionnée et hiérarchisée et les cartes sont réalisées est déterminée par le créateur de la carte, ou son commanditaire, et dépend de l’objet ou du phénomène qui veut être mis en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.