Show Less
Restricted access

Le langage fleuri

Histoire et analyse linguistique de l’euphémisme

Series:

André Horak

Le présent ouvrage constitue l’une des premières monographies francophones sur l’euphémisme. Au moyen d’une sélection de corpus historiques, il explique certains usages de cette figure dans la diachronie. Il donne également un aperçu critique des études significatives sur le discours euphémique, qui appartiennent à trois étapes : la traditionnelle, la transitoire et la linguistique. De plus, ce livre propose de nouvelles théories sémantico-pragmatiques et rhétoriques sur le langage fleuri. Enfin, il examine les relations qu’entretient l’euphémisme avec deux autres figures référentielles : la litote et l’hyperbole.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2. Les études sur l’euphémisme : Synthèse sélective et évaluation critique

Extract

Chapitre 2Les études sur l’euphémisme : Synthèse sélective et évaluation critique

Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, l’euphémisme a une longue histoire. Dès sa naissance, qui est sans doute à situer aux temps des plus anciennes sociétés primitives, il apparaît indispensable à l’existence humaine. Ainsi s’explique l’importance que les rhétoriciens, grammairiens et linguistes lui accordent depuis plus de deux millénaires. En revanche, le statut de l’euphémisme dans la diachronie est loin d’être invariable, et les approches méthodologiques du phénomène sont bien diverses.

L’histoire des recherches sur l’euphémisme se divise, nous semble-t-il, en trois étapes principales : 1) l’étape traditionnelle ou rhétorique, 2) l’étape intermédiaire ou transitoire et 3) l’étape moderne ou linguistique. À travers une sélection de références clés, le présent chapitre se propose de donner un aperçu critique de ces étapes et de prolonger certaines des réflexions examinées, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité. Il est d’ailleurs capital de noter que nous retraçons l’histoire des études sur ce que nous définissons comme euphémisme de notre point de vue moderne. Avant le XVIe siècle, en effet, les traités de rhétorique décrivent certes un large éventail de procédés positivants. Mais ces derniers n’y sont souvent pas associés à une (seule) figure ou à une appellation apparentée au terme français euphémisme1...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.