Show Less
Restricted access

Colonisation et décolonisation dans les cultures historiques et les politiques de mémoire nationales en Europe

Modules pour l’enseignement de l’histoire

Edited By Uta Fenske, Daniel Groth, Klaus-Michael Guse and Bärbel P. Kuhn

Cet ouvrage offre aux élèves et aux professeurs une nouvelle façon de comprendre dans quelle mesure la colonisation et la décolonisation font partie intégrante d’un passé européen commun et contient un matériel d’enseignement propre à être utilisé dans les cours d’histoire. Les diverses contributions sont les résultats du projet de l’UE CoDec, auquel ont collaboré des partenaires d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, d’Estonie, de Grande-Bretagne, de Pologne et de Suisse. Les divers modules traitent des passés coloniaux, des processus de décolonisation et des politiques de mémoire dans différents pays européens selon une perspective comparative et transnationale. Ils présentent de nombreuses sources nouvelles ainsi que des propositions concrètes pour un enseignement moderne de l’histoire en Europe.
Show Summary Details
Restricted access

Raisons de la politique d’apaisement : L’Empire britannique

Extract

S. Karly Kehoe, Ben H. Shepherd, Nelson Mundell et Louise Montgomery

Raisons de la politique d’apaisement : L’Empire britannique

Introduction au module

La politique d’apaisement était l’élément le plus important de la politique étrangère du gouvernement britannique vis-à-vis de l’Allemagne hitlérienne entre 1933 et 1939. Neville Chamberlain, Premier ministre entre 1937 et 1940, en fut le principal instigateur. Il pensait qu’il serait possible d’empêcher une nouvelle guerre européenne, ou, du moins, d’en retarder le moment, si l’on acceptait certaines des exigences territoriales d’Hitler en Europe. Il existe une corrélation entre la politique d’apaisement et le déclin de l’Empire britannique. Une des raisons qui ont fait que Chamberlain croyait que la politique d’apaisement pourrait fonctionner était l’attitude amicale d’Hitler à l’égard de la Grande-Bretagne, du début au milieu des années 1930. Cette attitude était partiellement due à l’admiration d’Hitler pour la manière dont les Britanniques dirigeaient leur Empire. Chamberlain pensait également, à tort, qu’il serait possible d’apaiser l’Allemagne en lui rendant une partie des territoires coloniaux qu’elle avait perdus à la suite du traité de Versailles en 1919. Enfin, Chamberlain croyait, grâce à la politique d’apaisement, pouvoir assurer que la Grande-Bretagne ne serait pas impliquée dans trop de guerres et pourrait ainsi continuer à défendre son Empire. Il existe aussi des liens importants entre la politique d’apaisement et la décolonisation. Les gouvernements des dominions autonomes à majorité blanche démontrèrent leur indépendance croissante en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.