Show Less
Restricted access

Colonisation et décolonisation dans les cultures historiques et les politiques de mémoire nationales en Europe

Modules pour l’enseignement de l’histoire

Edited By Uta Fenske, Daniel Groth, Klaus-Michael Guse and Bärbel P. Kuhn

Cet ouvrage offre aux élèves et aux professeurs une nouvelle façon de comprendre dans quelle mesure la colonisation et la décolonisation font partie intégrante d’un passé européen commun et contient un matériel d’enseignement propre à être utilisé dans les cours d’histoire. Les diverses contributions sont les résultats du projet de l’UE CoDec, auquel ont collaboré des partenaires d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, d’Estonie, de Grande-Bretagne, de Pologne et de Suisse. Les divers modules traitent des passés coloniaux, des processus de décolonisation et des politiques de mémoire dans différents pays européens selon une perspective comparative et transnationale. Ils présentent de nombreuses sources nouvelles ainsi que des propositions concrètes pour un enseignement moderne de l’histoire en Europe.
Show Summary Details
Restricted access

Les cultures de mémoire postcoloniales en Europe. Un paysage fragmenté, divisé et attaché à la nation : Introduction

Extract

Karel Van Nieuwenhuyse et Idesbald Goddeeris

Les cultures de mémoire postcoloniales en Europe. Un paysage fragmenté, divisé et attaché à la nation : Introduction

La mémoire est un terme général qui recouvre un grand nombre de significations à plusieurs niveaux. La mémoire personnelle, par exemple, donne forme, par les images construites d’un passé vécu par un individu, à son identité et à la perception qu’il a de lui-même. La mémoire personnelle ne se forme pas dans le vide, mais elle se développe dans de multiples interactions avec l’environnement social. Elle est donc également liée très fortement à la mémoire d’autres personnes, ce qui amène à évoquer un autre type de mémoire, la « mémoire collective ». Les mémoires collectives sont celles qui existent à l’intérieur des groupes. Elles peuvent s’établir de bas en haut, par la communication quotidienne, par exemple, ou de haut en bas, lorsqu’elles sont imposées par des faiseurs d’opinion ou des décideurs politiques.

Aleida Assmann est une chercheuse qui s’est spécialisée sur ce sujet.1 Elle distingue dans ses écrits la mémoire collective communicationnelle de la mémoire collective culturelle. La mémoire communicationnelle circule au sein de toutes sortes de groupes, par exemple dans les groupes (infra)nationaux, culturels ou les groupes de migrants (postcoloniaux). Elle est transmise de bas en haut par les traditions orales et le patrimoine immatériel, et est donc, souvent, utilisée pour...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.