Show Less
Restricted access

L’homme démocratique

Perspectives de recherche

Series:

Maria Gołębiewska, Andrzej Leder and Paul Zawadzki

La formulation laconique du titre de cet ouvrage véhicule deux prémisses importantes fournissant le cadre ou un point de départ de lecture. La première procède de la conviction que la nature de l’homme, ou plutôt la façon d’être, se forge à travers l’interaction constante avec tout un ensemble de conditions, la condition politique n’en étant pas des moindres. La deuxième prend comme point de départ les questions suivantes : Quels sont les traits et les attributs indispensables pour qu’un être humain soit un être humain démocratique ? Peut-on penser certains des invariants d’une telle anthropologie ? On pourra examiner l’apport aussi bien que les limites des sources théoriques et des différents langages des sciences humaines et sociales afin de questionner à nouveau le problème de l’anthropologie de la démocratie dans la perspective de ces deux prémisses.
Show Summary Details
Restricted access

Antigone, encore. Démocratie, genre et vie précaire au temps du néolibéralisme

Extract



Ewa Majewska

Déjà dans l’Antiquité, la démocratie était perçue comme « le pouvoir du peuple », ce que Jacques Rancière définit comme « le gouvernement de ceux qui n’ont pas le titre de gouverner »1. La simplicité apparente de cette définition égalitaire de la démocratie ne masque cependant pas ses pratiques exclusionnaires, même si la théorie n’en rend généralement pas compte allant parfois jusqu’à les considérer comme inévitables.

L’exclusion des femmes dans la démocratie est l’une des questions qui préoccupent les théories féministes. Dans le cadre de la théorie politique, l’exemple d’Antigone avait habituellement été traité comme celui de la résistance du féminin, du combat féministe ou bien de ces deux éléments ensemble. Cet article est un effort pour relire Antigone d’une part, comme une figure emblématique de la condition précaire dans le néolibéralisme, un exemple de résistance mais pas nécessairement de féminité, comme l’a démontré de manière convaincante Judith Butler2 et, d’autre part, de la concevoir aussi comme une dissidente, à qui – malgré qu’elle constitue une rupture dans l’univers établi de l’État – il manque des liens de solidarité lui permettant de transformer l’ordre public3. Antigone peut échapper à cette pétrification du public que Jacques Rancière appelle « police », mais il lui manque ce qui est nécessaire à la création du « peuple » indispensable à la r...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.