Show Less
Restricted access

Formes et réformes de la paternité à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne

Edited By Aude-Marie Certin

Cet ouvrage collectif porte sur l’histoire de la paternité à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Partant de l’étude de sources variées (livres de famille, textes doctrinaux, testaments, images, etc.), les contributions étudient la place faite aux pères dans la famille et dans la société au sein du monde occidental. À la croisée de l’histoire de la parenté et de l’histoire du genre, de l’histoire religieuse et de l’histoire sociale, ce livre propose un éclairage inédit sur l’évolution des formes de la paternité dans un contexte marqué par les réformes religieuses et par d’importantes reconfigurations politiques, en particulier dans les sociétés urbaines.
Show Summary Details
Restricted access

Le père célibataire et l’époux de la mère. Stratégies d’exclusion à l’époque médiévale et moderne

Extract



Si elle est le volet le moins important de la théologie, la mariologie est cependant essentielle dans l’évangélisation des fidèles, notamment en ce qui concerne l’éducation des femmes, des personnes humbles et ignorantes1. Étant le terrain de formation religieuse du peuple, la mariologie aborde aussi la question du service que l’Église offre aux souverains catholiques. Notre hypothèse est que l’Immaculée Conception est un culte espagnol, lié donc à ces rois catholiques par excellence, car il se révèle un instrument politique parfaitement adapté à l’assimilation du Nouveau Monde. Bien qu’il commence avant la découverte de l’Amérique, avec l’époque moderne, ce culte en vient à représenter une véritable stratégie d’assimilation par l’inclusion des femmes et de leurs fils et l’exclusion des hommes, autrement dit par l’inclusion des mères et des fils et l’exclusion des pères.

Le dogme affirme que Dieu a préservé Marie du péché originel dès sa conception, en raison des mérites de son Fils. Il la préservait dès le premier instant de la conception par ses parents Joachim et Anne. Ce dogme renforce la séparation du Christ de sa parenté juive. Il n’hérite rien de Joseph et non plus de Joachim, son ancêtre maternel. Dès le IVe siècle, la proclamation de la virginité éternelle de Marie permettait que Jésus ne soit pas le fils charnel de Joseph et, par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.