Show Less
Restricted access

Paris 1820. L’affirmation de la génération romantique

Actes de la journée d’étude organisée par le Centre André Chastel le 20 mai 2004 - édités et introduits par Sébastien Allard

Sébastien Allard

Contenu: Dany Sandron: Préface – Sébastien Allard: Introduction: Paris 1820. Du «chef d’école» au grand artiste, l’art à l’épreuve de la modernité – Jean-Claude Caron: «Aux âmes bien nées…» ou romantisme et génération(s) – Nina Athanassoglou-Kallmyer: La mort du duc de Berry, dilemme des peintres – Susan L. Siegfried: Un certain regard: Ingres, Delacroix et l’Odalisque – Mehdi Korchane: Guérin et ses élèves: paternité et filiation paradoxales – Elisabeth Fraser: A propos des sources de Delacroix: Dante et Virgile et l’autorité paternelle – Michèle Hannoosh: «Les premiers peintres romantiques»: Delacroix et l’école anglaise – Marie-Claude Chaudonneret: Le «romantisme» au Salon. Définition par la critique contemporaine (1822-1827) – Jean-Claude Yon: Theâtre, romantisme et presse à la fin de la Restauration: l’exemple du Globe en 1827 – Cécile Reynaud: Comment on devient romantique: Berlioz et la génération de 1820.