Chargement...

Marguerite Duras à la croisée des arts

de Michelle Royer (Éditeur de volume) Lauren Upadhyay (Éditeur de volume)
Comptes-rendus de conférences 310 Pages
Série: Marguerite Duras, Volume 3

Résumé

Cet ouvrage réunit un ensemble de textes sur l’œuvre de Marguerite Duras et ses relations avec les arts : cinéma, théâtre, sculpture, musique et peinture. Il aborde les problématiques liées à l’intermédialité de l’œuvre et met en lumière ses entrelacs avec les arts majeurs et mineurs, ainsi que son influence sur les vidéastes, metteurs en scène et écrivains des xxe et xxie siècles.
Inspiré par le colloque « Marguerite Duras et les arts », organisé à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’auteur à l’Université de Sydney (Australie), du 29 juin au 1er juillet 2016, il expose notamment le rôle majeur qu’ont joué les arts comme source d’inspiration d’une œuvre qui se nourrit du dialogue entre les pratiques artistiques. La première partie du livre soulève la question du statut des entretiens menés par Duras avec les artistes de son temps : font-ils partie de son œuvre littéraire, forment-ils un véritable discours sur la vérité de l’art ? Elle est suivie d’une réflexion sur l’art figural (pictural et filmique) et interroge la façon dont l’œuvre agit avec et sur les sens du lecteur/spectateur. La troisième section, elle, porte sur le sensible à l’œuvre dans l’imaginaire pictural, sculptural et musical de Duras. La quatrième partie du livre traite des arts du spectacle en tant qu’axe cardinal auquel le travail de Duras se confronte sans relâche. La dernière partie veille à prendre la mesure de l’influence de Duras sur des productions artistiques récentes. Le livre se clôt sur un entretien avec l’artiste Thu Van Tran, co-commissaire de l’exposition Duras song, Portrait d’une écriture (Centre Georges Pompidou, 2014), qui réfléchit l’œuvre au prisme de l’art contemporain et souligne la pertinence de l’entreprise durassienne pour les sociétés du xxie siècle.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos des directeurs de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Remerciements
  • Avant-propos (Michelle Royer / Lauren Upadhyay)
  • Première partie : L’entretien d’art
  • « Mais tout en te questionnant, je dis des choses ». Réinventer l’entretien d’art (Christophe Meurée)
  • Accéder à l’art. Discours, représentations, pratiques de Marguerite Duras (Yann Mével)
  • Deuxième partie : L’art figural
  • « La Couleur des mots » : sensations colorantes dans des textes de Marguerite Duras (Carol J. Murphy)
  • Le cinéma de Marguerite Duras : art, synesthésies et sensorialité intermédiale (Michelle Royer)
  • Les « espaces quelconques » de la perdition (Le Camion de Marguerite Duras) (Florence de Chalonge)
  • Texte et photographie chez Marguerite Duras : transferts modaux, sensoriels et mémoriels (Catherine Gottesman)
  • L’influence de l’engagement cinématographique dans la création littéraire chez Marguerite Duras (Mirei Seki)
  • L’abstraction personnelle : la picturalité de l’œuvre de Marguerite Duras (Akiko Ueda)
  • Troisième partie : Imaginaire pictural, sculptural, musical et chorégraphique
  • Le clin d’œil de l’ange ou L’Annonciation selon Marguerite Duras (Cécile Hanania)
  • « Un visage greffé » : le personnage cubiste chez Marguerite Duras (Lauren Upadhyay)
  • Vanité des vanités ? Les sculptures dans l’œuvre de Duras (Catherine Rodgers)
  • La musique dans Le Ravissement de Lol V. Stein, un détour artistique nécessaire à la restitution de la parole folle (Virginie Podvin)
  • Duras et l’art asiatique : la mendiante à travers la danse dans « Ballerines cambodgiennes » (Minako Kono)
  • Quatrième partie : Résonances
  • L’art de présenter Marguerite Duras à l’étranger : le cas de la Suède (Mattias Aronsson)
  • Discours croisés : mise en scène de l’Italie et mises en scène en Italie (Marilia Marchetti)
  • Le Maître et Marguerite Duras : éloge de l’insoumission (Sabine Quiriconi)
  • Une réinterprétation du Navire Night à la lumière de l’œuvre d’Anselm Kiefer (Suk-Hee Joo)
  • « Elle qui imprégnera mon écriture, malgré moi le plus souvent » Philippe Besson, ou Duras en héritage (Vincent Tasselli)
  • L’écriture comme déliage : entretien de Michelle Royer avec l’artiste Thu Van Tran
  • Liste des contributeurs
  • Index
  • Titres parus dans la collection

Michelle Royer et Lauren Upadhyay (dir.)

Marguerite Duras à la croisée
des arts

Marguerite Duras

Vol. 3

Photographie d'identité de Marguerite Duras, Fonds Mascolo,

bleu de méthylène, 40 x 30 cm, Collection particulière.

Cette publication a fait l’objet d’une évaluation par les pairs.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’éditeur ou de ses ayants droit, est illicite. Tous droits réservés.

© P.I.E. PETER LANG s.a.

Éditions scientifiques internationales

Bruxelles, 2019

1 avenue Maurice, B-1050 Bruxelles, Belgique

www.peterlang.com ; brussels@peterlang.com

ISSN 2032-9326

ISBN 978-2-8076-0483-4

ePDF 978-2-8076-0484-1

ePUB 978-2-8076-0485-8

MOBI 978-2-8076-0486-5

DOI 10.3726/b15914

D/2019/5678/28

Information bibliographique publiée par « Die Deutsche Bibliothek »

« Die Deutsche Bibliothek » répertorie cette publication dans la « Deutsche National-bibliografie » ; les données bibliographiques détaillées sont disponibles sur le site <http://dnb.ddb.de>.

À propos des directeurs de la publication

Michelle Royer est enseignante chercheuse au département d’études françaises et francophones de l’université de Sydney où elle est chargée de la direction du département et de l’enseignement du cinéma. Elle a publié de nombreux ouvrages sur le cinéma et dans le domaine des études durassiennes.

Lauren Upadhyay détient un doctorat en Littérature française, obtenu à l’Université Emory, où elle a également travaillé à l’édition des Lettres de Samuel Beckett. Elle a présenté des communications dans des colloques internationaux consacrés à Marguerite Duras, et a publié des articles sur son œuvre. Elle enseigne à la Lovett School (Atlanta, États-Unis).

À propos du livre

Cet ouvrage réunit un ensemble de textes sur l’œuvre de Marguerite Duras et ses relations avec les arts : cinéma, théâtre, sculpture, musique et peinture. Il aborde les problématiques liées à l’intermédialité de l’œuvre et met en lumière ses entrelacs avec les arts majeurs et mineurs, ainsi que son influence sur les vidéastes, metteurs en scène et écrivains des XXe et XXIe siècles.

Inspiré par le colloque « Marguerite Duras et les arts », organisé à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’auteur à l’Université de Sydney (Australie), du 29 juin au 1er juillet 2016, il expose notamment le rôle majeur qu’ont joué les arts comme source d’inspiration d’une œuvre qui se nourrit du dialogue entre les pratiques artistiques. La première partie du livre soulève la question du statut des entretiens menés par Duras avec les artistes de son temps : font-ils partie de son œuvre littéraire, forment-ils un véritable discours sur la vérité de l’art ? Elle est suivie d’une réflexion sur l’art figural (pictural et filmique) qui interroge la façon dont l’œuvre agit avec et sur les sens du lecteur/spectateur. La troisième section, elle, porte sur le sensible à l’œuvre dans l’imaginaire pictural, sculptural et musical de Duras. La quatrième partie du livre traite des arts du spectacle en tant qu’axe cardinal auquel le travail de Duras se confronte sans relâche. La dernière partie veille à prendre la mesure de l’influence de Duras sur des productions artistiques récentes. Le livre se clôt sur un entretien avec l’artiste Thu Van Tran, co-commissaire de l’exposition Duras song, Portrait d’une écriture (Centre Georges Pompidou, 2014), qui réfléchit l’œuvre au prisme de l’art contemporain et souligne la pertinence de l’entreprise durassienne pour les sociétés du XXIe siècle.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Table des matières

Remerciements

Avant-propos

Michelle Royer et Lauren Upadhyay

Première partie  : L’entretien d’art

« Mais tout en te questionnant, je dis des choses ». Réinventer l’entretien d’art

Christophe Meurée

Accéder à l’art. Discours, représentations, pratiques de Marguerite Duras

Yann Mével

Deuxième partie : L’art figural

« La Couleur des mots » : sensations colorantes dans des textes de Marguerite Duras

Carol J. Murphy

Le cinéma de Marguerite Duras : art, synesthésies et sensorialité intermédiale

Michelle Royer

Les « espaces quelconques » de la perdition (Le Camion de Marguerite Duras)

Florence de Chalonge

Texte et photographie chez Marguerite Duras : transferts modaux, sensoriels et mémoriels

Catherine Gottesman1 | 2→

L’influence de l’engagement cinématographique dans la création littéraire chez Marguerite Duras

Mirei Seki

L’abstraction personnelle : la picturalité de l’œuvre de Marguerite Duras

Akiko Ueda

Troisième partie  : Imaginaire pictural, sculptural, musical et chorégraphique

Le clin d’œil de l’ange ou LAnnonciation selon Marguerite Duras

Cécile Hanania

« Un visage greffé » : le personnage cubiste chez Marguerite Duras

Lauren Upadhyay

Vanité des vanités ? Les sculptures dans l’œuvre de Duras

Catherine Rodgers

La musique dans Le Ravissement de Lol V. Stein, un détour artistique nécessaire à la restitution de la parole folle

Virginie Podvin

Duras et l’art asiatique : la mendiante à travers la danse dans « Ballerines cambodgiennes »

Minako Kono

Quatrième partie  : Résonances

L’art de présenter Marguerite Duras à l’étranger : le cas de la Suède

Mattias Aronsson

Discours croisés : mise en scène de l’Italie et mises en scène en Italie

Marilia Marchetti←2 | 3→

Le Maître et Marguerite Duras : éloge de l’insoumission

Sabine Quiriconi

Une réinterprétation du Navire Night à la lumière de l’œuvre d’Anselm Kiefer

Suk-Hee Joo

« Elle qui imprégnera mon écriture, malgré moi le plus souvent » Philippe Besson, ou Duras en héritage

Vincent Tasselli

L’écriture comme déliage : entretien de Michelle Royer avec l’artiste Thu Van Tran

Liste des contributeurs

Index←3 | 4→ ←4 | 5→

Remerciements

Mes remerciements vont à la « School of Languages and Cultures » et au département de français de l’université de Sydney, pour leur contribution financière à la publication du volume, et à Christiane Marvillet pour sa relecture des articles et ses suggestions.

Michelle Royer

Je voudrais remercier Michelle Royer pour sa confiance en moi et son soutien tout au cours de ce processus, ainsi que pour sa patience sans faille. J’aimerais exprimer ma plus profonde reconnaissance à mes parents, Carol et Fred Kuntz, pour leurs contributions financières et morales à cet ouvrage. Je souhaite remercier également Philippe Bonnefis, Éric Le Calvez, Lois More Overbeck, et Claire Nouvet.

Lauren Upadhyay←5 | 6→ ←6 | 7→

Avant-propos

Michelle Royer et Lauren Upadhyay

Tous les chefs-d’œuvre du monde devraient avoir été trouvés par les enfants dans des décharges publiques et lus en cachette à l’insu des parents et des maîtres.

Marguerite Duras, Le Monde extérieur1

Vingt ans après la mort de Marguerite Duras (1914-1996), son œuvre ne cesse d’engendrer de nouvelles créations artistiques, littéraires, théâtrales et cinématographiques, en France et à travers le monde, et d’inspirer jeunes artistes, plasticiens, écrivains et dramaturges. Ce volume ne vise aucunement à être un ouvrage commémoratif mais veut rendre hommage à la richesse interdisciplinaire et intermédiale de l’œuvre littéraire, et cinématographique de Marguerite Duras. Il veut aussi mettre en lumière l’héritage littéraire et cinématographique que Duras a légué à ses lecteurs et spectateurs. Tourné vers l’avenir, cet ouvrage témoigne des nouvelles perspectives de recherche sur les relations de Marguerite Duras avec les arts, sur les parallèles, influences, intertextes, convergences, croisements et échanges entre son œuvre et les arts aux XXe et XXIe siècles.

Duras a dialogué avec un grand nombre d’artistes célèbres de son époque - écrivains, cinéastes, chanteurs, danseuses, comédiennes et plasticiens - et ces entretiens témoignent d’une grande curiosité envers les arts et les artistes de son temps. Cet intérêt se manifeste aussi dans ses propres œuvres littéraires ou filmiques à travers les multiples références aux arts : la peinture, la sculpture, la musique et la chanson populaire.

L’exposition Duras Song, Portrait dune écriture (2014) organisée au Centre Pompidou par l’artiste Thu Van Tran avec le critique d’art Jean-Max Colard pour le centenaire de la naissance de Duras, a souligné cette intermédialité et a fait du processus même de l’écriture, de la vie et de l’œuvre durassienne une œuvre d’art où s’agençaient manuscrits, tapus←7 | 8→crits, articles de presse, photos, matériaux audio-visuels, films documentaires ou de fiction.

Notes biographiques

Michelle Royer (Éditeur de volume) Lauren Upadhyay (Éditeur de volume)

Michelle Royer est enseignante chercheuse au département d’études françaises et francophones de l’université de Sydney où elle est chargée de la direction du département et de l’enseignement du cinéma. Elle a publié de nombreux ouvrages sur le cinéma et dans le domaine des études durassiennes. Lauren Upadhyay détient un doctorat en Littérature française, obtenu à l’Université Emory, où elle a également travaillé à l’édition des Lettres de Samuel Beckett. Elle a présenté des communications dans des colloques internationaux consacrés à Marguerite Duras, et a publié des articles sur son œuvre. Elle enseigne à la Lovett School (Atlanta, États-Unis).

Précédent

Titre: Marguerite Duras à la croisée des arts