Chargement...

Retour à l’objet, fin du musée disciplinaire ?

de Diane Antille (Éditeur de volume)
©2020 Collections IV, 264 Pages

Résumé

La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l’objet qui s’observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées, et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l’histoire des collections et la culture dans laquelle elle s’inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l’objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d’une même matérialité sont envisagés.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos du directeur de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Sommaire
  • Avant-propos et remerciements
  • Pour un musée polyphonique (Diane Antille)
  • Mythes de fondation de la muséologie Europe – Amérique (Yves Bergeron)
  • Le musée national d’ethnologie du Japon : un musée disciplinaire encore d’actualité ? (Alice Berthon)
  • « A cordes et à corps ». Résonances d’instruments de musique Santal, de l’Inde à la Suisse et de la Suisse à l’Inde. L’exemple de la collection Fosshag au Museum Rietberg (Johannes Beltz / Marie-Eve Celio-Scheurer)
  • La part manquante du musée d’ethnographie (Octave Debary)
  • Les musées de préhistoire, les objets et la contextualisation des pratiques savantes XIXe-XXIe siècles (Géraldine Delley)
  • Les collections médiévales et Renaissance du musée des Antiquités de Rouen : précocité antiquaire, pluridisciplinarité et enjeux muséographiques (Nicolas Hatot)
  • Objet et sensation historique. Le musée d’histoire selon J. Huizinga (Pierre Alain Mariaux)
  • Mon histoire, ton histoire, notre histoire (Alexandre Fiette)
  • Rester un musée disciplinaire centré sur l’objet. L’exemple du Musée d’histoire des sciences de la Ville de Genève (Laurence-Isaline Stahl Gretsch)
  • Le musée, du carrefour de disciplines à l’échangeur d’idées (Bruno Jacomy)
  • Abstracts
  • Les auteurs

Diane Antille (éd.)

Retour à l’objet, fin du musée
disciplinaire ?

Bern · Berlin · Bruxelles · New York · Oxford

À propos du directeur de la publication

Diane Antille est historienne de l’art, ancienne élève de l’Ecole du Louvre. Elle rédige actuellement à l’Institut d’histoire de l’art et de muséologie de l’Université de Neuchâtel sa thèse de doctorat portant sur la culture matérielle des femmes à la fin du Moyen Age.

À propos du livre

La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l’objet qui s’observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l’histoire des collections et la culture dans laquelle elle s’inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l’objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d’une même matérialité sont envisagés.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Avant-propos et remerciements

Le présent volume doit son existence aux rencontres qui ont eu lieu à l’Université de Neuchâtel du 12 au 16 décembre 2016. A l’occasion du Séminaire de l’Ecole du Louvre, organisé chaque année depuis 2007 par l’Institut d’histoire de l’art et de muséologie, professionnels des musées et chercheurs échangent leur point de vue autour d’une problématique répondant aux enjeux actuels de la muséologie. Ces journées scientifiques, qui se distinguent en particulier par la diversité des intervenants qu’elles convoquent, sont prioritairement destinées aux étudiants en muséologie de l’Université de Neuchâtel et aux élèves de l’Ecole du Louvre, dans le cadre d’un partenariat. C’est dans cet environnement qu’avec le professeur Pierre Alain Mariaux, nous avons souhaité réunir des historiens, des ethnologues, des muséologues, des historiens de l’art, des archéologues, des conservateurs et des directeurs d’institutions. Chacun à sa manière a abordé la problématique choisie et qui constitue désormais le titre de cet ouvrage, même s’il n’en est pas les actes : « Retour à l’objet, fin du musée disciplinaire ? »

Ce sont la qualité des conférences, les échanges d’idées, les questions, les apartés, les visites de musées, les travaux des étudiants et les débats de cette semaine qui ont nourri l’enthousiasme d’une publication. Chacun des participants et des intervenants, également ceux qui n’ont pu ou n’ont pas souhaité fournir un essai (Sandrine Balan, Sophie Bärtschi Delbarre, Xavier Dectot, Laurent Golay, Agnès Parent, Chantal Prod’Hom, Regula Schorta, Evelyne Ugaglia, Boris Wastiau), sont à remercier. J’exprime en particulier ma profonde gratitude à Yves Bergeron et Bruno Jacomy qui ont accepté de livrer les délicates contributions d’ouverture et de clôture, essentielles à la dynamique de la rencontre et maintenues ici dans le même ordre. De la même manière, j’aimerais témoigner ma reconnaissance aux modérateurs du séminaire qui ont animé ces journées avec l’expertise du sujet qui est la leur et qui nous a constamment autorisés à envisager la problématique sous un jour neuf←3 | 4→ (Gianenrico Bernasconi, Marc-Olivier Gonseth, Pascal Griener, Marc-Antoine Kaeser, Claude-Alain Künzi). Cette semaine aurait difficilement pu voir le jour sans l’appui des membres de l’Institut d’histoire de l’art et de muséologie. Pour cela, je tiens à remercier les professeurs Régine Bonnefoit et Pascal Griener, l’ensemble de mes collègues assistantes-doctorantes ainsi que les administratrices et collaborateurs de l’Institut d’histoire de l’art et de muséologie. Le présent volume bénéficie du généreux soutien de l’Université de Neuchâtel et en particulier de l’Institut d’histoire de l’art et de muséologie à qui j’exprime mes vifs remerciements pour leur aide précieuse. Enfin, j’aimerais adresser une pensée toute particulière au professeur Pierre Alain Mariaux qui m’a confié l’édition de ce volume et en cela a permis de garder une trace tangible de ces rencontres, non seulement scientifiques, mais aussi humaines.←4 | 5→

Résumé des informations

Pages
IV, 264
Année
2020
ISBN (PDF)
9783034338226
ISBN (ePUB)
9783034338233
ISBN (MOBI)
9783034338240
ISBN (Broché)
9783034327978
DOI
10.3726/b15482
Langue
Français
Date de parution
2019 (Novembre)
Mots clés
Ethnographie Histoire Histoire de l‘art Culture matérielle Histoire des collections Exposition
Published
Bern, Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2019, 268 p., 29 ill. en couleurs, 11 ill. n/b, 2 tabl.

Notes biographiques

Diane Antille (Éditeur de volume)

Diane Antille est historienne de l’art, ancienne élève de l‘Ecole du Louvre. Elle rédige actuellement à l’Institut d’histoire de l’art et de muséologie de l‘Université de Neuchâtel sa thèse de doctorat portant sur la culture matérielle des femmes à la fin du Moyen Âge.

Précédent

Titre: Retour à l’objet, fin du musée disciplinaire ?