Chargement...

Analyse du discours et comparaison : enjeux théoriques et méthodologiques

de Sheila Vieira de Camargo Grillo (Éditeur de volume) Sandrine Reboul-Touré (Éditeur de volume) Maria Glushkova (Éditeur de volume)
Collections 350 Pages

Résumé

Comment constituer et comparer des corpus lorsqu’ils sont issus de langues différentes ? Cette question émerge en amont de tous les travaux en analyse du discours qui font se rencontrer, comme dans cet ouvrage, le français avec l’allemand, l’anglais, le japonais, le portugais ou encore le portugais avec le russe. De telles recherches ont donné naissance à l’analyse du discours contrastive. Les contributions posent et/ou explorent ce cadre théorique récent en retravaillant des catégories issues de l’analyse du discours française, pour certain.e.s auteur.e.s, et dans la lignée de Bakhtine, pour d’autres. Ainsi, les analyses ciblant la comparaison des discours entre plusieurs langues invitent à sélectionner un invariant, par exemple, un genre de discours. Elles consacrent aussi une place importante à la culture, inscrite dans l’anthropologie culturelle, suite aux travaux de Humboldt, permettant de présenter aujourd’hui la notion de culture discursive. Cet ouvrage invite enfin à s’interroger sur la comparaison à la fois d’un point de vue théorique et méthodologique, notamment dans le domaine des sciences du langage.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos des directeurs de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Sommaire
  • Liste des contributeurs
  • Introduction : comparaison, invariance et altérité (Sheila Vieira de Camargo Grillo, Sandrine Reboul-Touré, Maria Glushkova, Flávia Silvia Machado)
  • 1. Analyse du discours comparative/contrastive : éléments pour un cadre théorique
  • L’analyse du discours contrastive, un voyage au cœur du discours (Patricia von Münchow)
  • Fondements théorico-méthodologiques pour les analyses comparatives/contrastives des discours : les documents officiels de l’éducation de base au Brésil et en Russie (Sheila Vieira de Camargo Grillo)
  • Comparer des genres de discours en français et en japonais : questionnements théoriques et méthodologiques (Chantal Claudel)
  • 2. L’articulation langue et culture
  • L’analyse du discours contrastive et les discours professionnels (Geneviève Tréguer-Felten)
  • Linguoculturologie : la comparaison entre les langages et les cultures (Darya Alekseevna Shchukina)
  • 3. Comparaison et genres de discours : la transmission des connaissances
  • Comparaison et catégories pour l’analyse du discours – L’exemple des blogs de vulgarisation scientifique (Sandrine Reboul-Touré)
  • Aspects de la divulgation scientifique dans les blogs brésiliens (Flávia Silvia Machado)
  • Traces de didacticité dans la vulgarisation scientifique : une analyse dialogique-comparative du discours de Ciência Hoje et de La Recherche (Urbano Cavalcante Filho)
  • Philosophie Magazine et Filosofia Ciência & Vida : un support pédagogique et un outil d’interprétation de l’actualité médiatique (Daniela Nienkötter Sardá)
  • Une analyse comparative des conversations médiatiques avec des scientifiques : le manque d’eau au Brésil et en Russie (Maria Glushkova)
  • 4. De la comparaison : ouverture théorique
  • Des exigences théoriques de la comparaison aux contingences d’un corpus particulier : « immigrationniste » dans un discours politique à vocation polémique (Sophie Moirand)
  • Comparer pour comprendre la communication institutionnelle : analyses discursives des logiques communicationnelles des campagnes d’information et d’éducation (Florimond Rakotonoelina)
  • Titres de la collection

←10 | 11→

Liste des contributeurs

Urbano Cavalcante Filho

Diálogo (CNPq/ université de São Paulo) et IFBA de Bahia

Chantal Claudel

Université Paris Nanterre
MoDyCo – UMR 7114

Maria Glushkova

Université de São Paulo (Brésil)
Groupe de recherche Diálogo

Sheila Vieira de Camargo Grillo

Université de São Paulo, Diálogo (GP/ CNPq/ USP)

Flávia Silvia Machado

Université Paris Nanterre EA 369 CRILUS – Centre de recherches interdisciplinaires

Sophie Moirand

Université Sorbonne nouvelle
Clesthia, Langage, systèmes, discours – EA 7345

Patricia von Münchow

Université Paris Descartes, EDA

Florimond Rakotonoelina

Université Sorbonne nouvelle
Clesthia, Langage, systèmes, discours – EA 7345

Sandrine Reboul-Touré

Université Sorbonne nouvelle

Clesthia, Langage, systèmes, discours – EA 7345

←11 | 12→

Daniela Nienkötter Sardá

Université de São Paulo, Diálogo (USP/ CNPq)

Darya Alekseevna Shchukina

Université des Mines de Saint-Pétersbourg

Geneviève Tréguer-Felten

Université Sorbonne nouvelle
Clesthia, Langage, systèmes, discours – EA 7345

←12 | 13→

Introduction : comparaison, invariance et altérité

Sheila Vieira de Camargo Grillo, Sandrine Reboul-Touré, Maria Glushkova, Flávia Silvia Machado

L’analyse du discours se trouve confrontée à de « véritables défis », notamment la globalisation, l’impact d’internet et la grande diversité des corpus. Cette globalisation des études de discours est mise en évidence par D. Maingueneau :

en matière d’étude du discours, on est passé en peu d’années d’une division en espaces intellectuels nationaux (au départ dans les années 1960–1970, il existait pour l’essentiel une analyse du discours française, britannique, nord-américaine) à une recherche largement globalisée : non seulement ce type de recherche se développe sur l’ensemble de la planète mais les échanges entre les chercheurs sont constants. On n’a plus affaire à des territoires nationaux mais à des réseaux transnationaux. (Maingueneau 2018 : 507)

Dans le champ très vaste des études de discours, les recherches menées par les auteur.e.s de ce livre s’inscrivent, sur le plan théorique, dans une triple perspective : l’analyse des discours contrastive/comparative1, le dialogisme de Bakhtine, Medvedev, Volóchinov et la linguoculturologie [лигвокультурология] russe. Ces trois perspectives s’articulent autour du rapport entre langue, discours et culture. Le défi de cet ouvrage est tout à fait spécifique : d’une part, examiner le rôle de la comparaison pour la description, la compréhension et l’interprétation des discours, et, d’autre part, rassembler autour de la comparaison des recherches sur ←13 | 14→des corpus diversifiés menées par des scientifiques brésiliens, français et russes.

Cet intérêt sur l’ouverture internationale de l’analyse du discours est prégnant dans nos groupes de recherche. En France, comme le montrent, entre autres, Les Carnets du Cediscor2 qui, dès les années 1990, accueillent des articles de chercheurs internationaux. Nous avons mis en place des échanges entre le Cediscor3 et le groupe de recherche Diálogo4 dirigé par S. Grillo avec qui nous avons créé le réseau Logos, depuis 2008. A l’université de São Paulo, le groupe collabore aussi avec des collègues de l’Université Gornyi à Saint-Pétersbourg. Ainsi, nous avons organisé un colloque international Analyse des discours et comparaison5 qui s’inscrit dans une perspective d’échanges institutionnels et scientifiques. L’objectif de ce partenariat est de promouvoir le dialogue entre des approches théoriques et méthodologiques différentes en analyse des discours au Brésil, en France et en Russie.

La comparaison : brève histoire et importance pour l’analyse du discours, le dialogisme de Bakhtine/Medvedev/Volóchinov et la linguoculturologie

Dans cet ouvrage, l’analyse du discours rencontre la dimension comparative qui est explorée sous différents angles dans chaque contribution. L’intérêt de cette dimension comparative et sa méthode sont clairement ←14 | 15→mis en évidence par M. Bréal (1864) qui cherche une méthode pour rendre l’approche scientifique :

Ce qui caractérise cette science nouvelle [la grammaire comparée], c’est moins encore le nombre des idiomes qui forment la matière des observations que la méthode qui préside aux rapprochements et la direction générale des recherches. De tout temps on a comparé le latin au grec, et les langues anciennes aux langues modernes ; mais le goût avait plus de part à ces comparaisons que la rigueur scientifique […] il […] manquait deux choses : un terme de comparaison pour classer les faits […] observés, et un instrument de précision pour rendre les observations plus sures et plus complètes. La découverte du sanscrit vint fournir l’un et l’autre.

La comparaison qui repose certes sur une tradition permet d’ouvrir un champ nouveau dans le domaine de l’analyse du discours, comme le montrent les auteur.e.s. de ce volume. Le champ traditionnel fait référence à l’existence de nombreux travaux d’analyse du discours qui ont utilisé des comparaisons pour mettre en évidence le fonctionnement des discours. Par exemple, le livre de D. Maingueneau, Sémantique de la Polémique (1983), utilise des confrontations pour caractériser différentes formations discursives ; les textes de S. Grillo, La production du réel dans des genres de la presse [A produção do real em gêneros do jornal impresso] (2004) et Vulgarisation scientifique : langages, sphères et genres [Divulgação Científica: linguagens, esferas e gêneros] (2013) comparent, eux, les discours selon différents moyens de communication au sein d’une même sphère d’activité humaine ou dans le dialogue entre sphères, afin de mettre en évidence des fonctions discursives dans des relations polémiques et/ou en dialogue. Ces recherches ne prétendaient pas fonder une analyse des discours comparative, mais utilisaient des procédures méthodologiques de comparaison, car, comme le souligne H. M. Posnett (2011 [1986]), l’un des fondateurs de la littérature comparée, le fondement de la raison et de l’imagination est d’opérer de manière objective d’un individu à l’autre, à l’aide de comparaisons et de différences. Selon H. M. Posnett, la proposition de logique la plus ancienne ‒ l’affirmation d’une comparaison, A est B, ou la négation d’une comparaison, A n’est pas B, est supportée par la structure primitive de la comparaison et de la différence. À notre avis, l’utilisation de comparaisons dans plusieurs travaux d’analyse de discours est un moyen fondamental de construire la connaissance humaine à travers des contrastes et des similitudes, capables de révéler le fonctionnement du discours ←15 | 16→dans l’interdiscours, en divisant l’espace dans la même sphère d’activité humaine et dans différentes sphères de celle-ci.

L’innovation est portée par les chercheurs du Cediscor (Cislaru, 2006 ; Claudel et alii (éds) 2013, von Münchow 2004, 2011, 2013) et depuis 2000, certains chercheurs se consacrent au développement d’une analyse du discours comparative ou contrastive, pour comparer des langues, des cultures distinctes – dans cet ouvrage français/japonais, allemand/français, français/portugais, portugais/russe, à travers des concepts d’analyse du discours, de linguistique textuelle et des théories de l’énonciation (Ablali, Achard-Bayle, Reboul-Touré, Temmar (éds) 2018). Plus particulièrement, le concept de tertium comparationis – l’invariant de la comparaison (le genre du discours, par exemple) à partir duquel s’articule le travail comparatif des discours dans différentes langues et cultures formulé par ces chercheurs a été utile pour effectuer des comparaisons réalisées par ceux du groupe Diálogo (CNPq/USP) (Grillo et Glushkova 2016 ; Grillo et Higachi 2017). Le trait caractéristique du collectif brésilien est de développer une analyse comparative basée sur les concepts et les procédures méthodologiques de Bakhtine et de son Cercle, en les articulant avec les résultats des chercheurs français. Le domaine de l’analyse du discours emprunte ici notamment deux voies, celle de l’analyse du discours « à la française » qui :

s’articule autour d’une conviction forte, à savoir que toute réflexion sur le(s) discours découle d’une série d’interrogations sur « le sens » : sens des mots et des constructions syntaxiques, sens des énoncés et usages de la langue en rapport avec les conditions de production, sens des propos tenus par les acteurs sociaux, ou encore réflexion sur le « sens social » des dires d’une époque, qui s’inscrirait dans l’histoire des idées d’une société à un moment de son histoire. (Moirand 2020)

et celle qui s’inscrit dans la lignée des travaux de Bakhtine.

Nous présenterons une approche historique de la comparaison afin d’insérer le concept dans le domaine des sciences du langage (partie 4 – De la comparaison : ouverture théorique) et dans le domaine d’une analyse du discours comparative/contrastive. La comparaison invite à identifier d’une part des invariants afin de trouver des régularités et d’autre part des dissemblances entre les langues, d’où la notion d’altérité.

Les analyses littéraires de Bakhtine6 cherchent à découvrir la genèse d’une œuvre d’art littéraire dans la tradition et dans la vie, mais identifient ←16 | 17→en même temps comment l’acte créateur de l’écrivain supplante cette tradition, évitant ainsi à la fois l’étude typologique (du folklore, par exemple) de traditions anonymes ayant pour nature ‘l’impersonnalité’ et l’acte créatif détaché de leurs origines littéraires et du milieu socio-historique et culturel. Dans ce processus d’analyse, la signification des œuvres et d’une culture est révélée par la distance temporelle et spatiale entre les œuvres et les cultures. Les liens qui unissent l’œuvre à d’autres éléments du passé, à d’autres cultures, garantissent leur survie dans le temps futur.

Résumé des informations

Pages
350
ISBN (PDF)
9782807616813
ISBN (ePUB)
9782807616820
ISBN (MOBI)
9782807616837
ISBN (Broché)
9782807616806
Langue
Français
Date de parution
2021 (Novembre)
Published
Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2021. 350 p., 26 ill. n/b, 16 tabl.

Notes biographiques

Sheila Vieira de Camargo Grillo (Éditeur de volume) Sandrine Reboul-Touré (Éditeur de volume) Maria Glushkova (Éditeur de volume)

Sheila Vieira de Camargo Grillo est HDR en langue portugaise à l’Université de São Paulo (USP) au Brésil et traductrice des travaux de Bakhtine, Medvedev, Volóchinov en portugais. Ses recherches en analyse du discours, analyse du discours comparative et théorie bakhtinienne explorent, entre autres, les discours de vulgarisation scientifique et la linguistique russe en comparaison avec la linguistique française et la brésilienne. Sandrine Reboul-Touré est maitresse de conférences en sciences du langage à l’Université Sorbonne Nouvelle, à Paris. Ses recherches en analyse du discours et en sémantique explorent, entre autres les discours de vulgarisation scientifique. Maria Glushkova a un doctorat de l’Institut d’État Pouchkine pour la langue russe et elle a effectué des études postdoctorales en portugais à l’Université de São Paulo (USP) au Brésil. Ses recherches s’inscrivent dans le cadre de l’analyse du discours comparative et contrastive.

Précédent

Titre: Analyse du discours et comparaison : enjeux théoriques et méthodologiques