Show Less
Restricted access

Connaît-on la chanson?

Usages de la chanson dans les cinémas d'Europe et d'Amérique Latine depuis 1960

Series:

Edited By Sophie Dufays, Dominique Nasta and Marie Cadalanu

Les chansons, liées au cinéma depuis ses origines, ont acquis une force nouvelle et singulière tant dans les productions commerciales que dans les films d’auteur récents, notamment en Europe et en Amérique latine. Mais si les études consacrées aux rôles de la chanson et de la musique populaire dans le cinéma se sont multipliées, peu de travaux ont considéré leur place dans les cinémas européens et latino-américains au-delà de la période classique.

C’est sur un corpus de films à chansons parus à partir des années 1960 que se concentre le présent ouvrage. Les différentes contributions proposent un panel d’approches novatrices et complémentaires, esthétiques mais aussi culturelles, historiques et musicologiques, qui offrent un éclairage inédit sur cette production.

L’ambition de ce volume est de participer au développement d’une analyse esthétique et théorique du film à chansons dégagée du modèle hollywoodien mais aussi, plus largement, de tout modèle générique. Penser la place qu’occupe la chanson dans des cinématographies très variées géographiquement et historiquement, du cinéma français au cinéma brésilien en passant par les cinématographies d’Europe de l’Est, permet de susciter de nombreux rapprochements susceptibles d’ouvrir la voie à de nouvelles approches.

Show Summary Details
Restricted access

Les paysages affectifs de la chanson dans le cinéma espagnol du XXIe siècle (María Luisa Ortega)

Extract

Les paysages affectifs de la chanson dans le cinéma espagnol du XXIe siècle1

María Luisa Ortega

Universidad Autónoma de Madrid

En 2002, de nombreux spectateurs espagnols ont été séduits par El otro lado de cama (L’Autre Côté de la chambre, Emilio Martinez Lázaro, 2002), comédie musicale apparemment triviale.2 Ce film interpellait vivement une génération (celle de l’auteure de ces lignes) dont l’adolescence avait été marquée par les chansons centrales de sa bande son et de celle de sa suite, Los dos lados de la cama (Queen Size Bed, 2005). Les numéros musicaux nous ramenaient à des scènes familières de notre adolescence, produisant une sensation que l’on pourrait à première vue qualifier de nostalgique. Les paroles et les mélodies du dit « âge d’or » de la pop espagnole, associée à la Movida madrilène des années 1980, avaient nourri notre éducation affective. Cette génération – celle des interprètes masculins des films en question – a vécu ce moment singulier d’effervescence musicale et culturelle, libérée et anarchique ; elle a épousé presque par osmose l’humeur, le look, l’esprit de ces années irrémédiablement liées aux chansons de Kaka de Lux, Alaska y los Pegamoides, Radio Futura, Parálisis Permanente, Derribos Arias ou du groupe hispano-argentin Tequila (le plus représenté dans le film de Martínez Lázaro).

La bande son de notre adolescence...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.