Show Less
Restricted access

Connaît-on la chanson?

Usages de la chanson dans les cinémas d'Europe et d'Amérique Latine depuis 1960

Series:

Edited By Sophie Dufays, Dominique Nasta and Marie Cadalanu

Les chansons, liées au cinéma depuis ses origines, ont acquis une force nouvelle et singulière tant dans les productions commerciales que dans les films d’auteur récents, notamment en Europe et en Amérique latine. Mais si les études consacrées aux rôles de la chanson et de la musique populaire dans le cinéma se sont multipliées, peu de travaux ont considéré leur place dans les cinémas européens et latino-américains au-delà de la période classique.

C’est sur un corpus de films à chansons parus à partir des années 1960 que se concentre le présent ouvrage. Les différentes contributions proposent un panel d’approches novatrices et complémentaires, esthétiques mais aussi culturelles, historiques et musicologiques, qui offrent un éclairage inédit sur cette production.

L’ambition de ce volume est de participer au développement d’une analyse esthétique et théorique du film à chansons dégagée du modèle hollywoodien mais aussi, plus largement, de tout modèle générique. Penser la place qu’occupe la chanson dans des cinématographies très variées géographiquement et historiquement, du cinéma français au cinéma brésilien en passant par les cinématographies d’Europe de l’Est, permet de susciter de nombreux rapprochements susceptibles d’ouvrir la voie à de nouvelles approches.

Show Summary Details
Restricted access

Mélodies de l’affect (Raluca Iacob)

Extract

Mélodies de l’affect

Musique et nostalgie dans Niki et Flo de Lucian Pintilie1

Raluca Iacob

Chercheuse indépendante

Pour Peter Kivy, la musique est l’art expressif par excellence (1989, 97), capable non seulement d’exprimer mais aussi de susciter des émotions chez le spectateur. Dans un article très intéressant, Jenefer Robinson débattait en 1994 des différentes théories élaborées par les spécialistes quant à l’expression des émotions par la musique. Comme elle le rappelait, d’une part, selon Peter Kivy, l’expressivité existe à l’intérieur même d’un morceau de musique ; il est donc impossible de quantifier son impact émotionnel sur l’auditeur. D’autre part, suivant Kendall Walton, la musique, plutôt que de contenir l’émotion dans sa spécificité même, est capable d’engendrer une forme d’introspection chez l’auditeur. Robinson se base sur ces perspectives contradictoires afin de mettre en lumière les multiples variantes qu’offre la musique pour exprimer une émotion. Elle insiste sur le besoin de circonscrire l’expérience d’écoute à l’intérieur d’un contexte spécifique pour mieux comprendre l’émotion exprimée à travers le langage musical.

Selon Noël Carroll, les émotions constituent la « colle qui fixe l’attention du public à l’écran sur base de moments successifs » (2003, 59). Kathryn Kalinak met quant à elle l’accent sur l’interconnexion entre la musique et les émotions par rapport à la matière filmique, indiquant que la musique offre « une définition audible de l’émotion que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.