Show Less
Restricted access

Libéralisme et protectionnisme

Economie politique des relations internationales

Series:

Edited By André Tiran and Dimitri Uzunidis

Le débat « libéralisme / protectionnisme » retrouve aujourd’hui tout son intérêt dans plusieurs domaines, tels la politique commerciale, le droit de la concurrence, les aides étatiques, la protection des travailleurs ou encore la politique de l’immigration. Le libéralisme associé au libre-échange, qui paraissait être une politique incontestable, soutenue par la plupart des économistes, s’est retrouvé la cible de nombreuses critiques. Le protectionnisme, de son côté, couplé à une politique mercantiliste, est apparu dans un certain nombre de pays comme une stratégie efficace pour assurer le développement économique. La compétitivité des grandes économies a semblé dépendre de l’ouverture sélective au commerce et aux investissements internationaux : c’est le cas des États-Unis, de la Chine, mais également d’autres pays d’Asie, et parfois même de l’Europe. Les auteurs de cet ouvrage remettent en cause la vision univoque et simpliste du protectionnisme et des politiques mercantilistes. La discussion est particulièrement focalisée sur la validité universelle du libre-échange et des origines historiques du protectionnisme ainsi que sur les théories économiques et des politiques étatiques menées du XVIe au XXIe siècle. Ils s’intéressent aussi bien à l’économie qu’à la logique de puissance et de renforcement de l’État.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 11. Protectionnisme, libéralisme et nouveau mercantilisme : contribution de Joan Robinson (1903-1983) à l’économie politique internationale (Dimitri Uzunidis)

Extract

Chapitre 11

Protectionnisme, libéralisme et nouveau mercantilisme : contribution de Joan Robinson (1903-1983) à l’économie politique internationale

Dimitri Uzunidis

La crise de la finance déclenchée brutalement en 2008 et les tentations ouvertement protectionnistes observées depuis le milieu des années 2010 posent plusieurs questions aux économistes. Ces tentatives protectionnistes seraient-elles la conséquence des effets d’ajustement ou les prémices de restructurations fondamentales de la gouvernance de l’économie mondiale ? Sont-elles les résultats d’une défaillance majeure du modèle d’expansion planétaire du capitalisme depuis la fin des années 1970, ou l’aboutissement dudit processus ? Appartiendraient-elles à des logiques nationales exportées de par le monde, ou le monde ne serait-il pas assez grand pour résoudre un problème qui lui a été posé ?… Il y a ceux pour qui le système d’organisation des relations économiques (et politiques) internationales fondé sur le laisser-faire constituerait la meilleure réponse, voire la seule, à la multiplication d’intérêts et d’objectifs conflictuels. Tandis que, pour d’autres, ce système serait une légitimation contraignante d’un cadre légal et institutionnel dont les véritables finalités sont loin de concrétiser le besoin de bifurcation de la trajectoire d’évolution de l’économie mondiale. Ils s’appuient à leur tour sur des arguments théoriques, mais aussi sur des faits historiques et récents, remettant en cause le bien-fondé des politiques libérales prônées par les institutions internationales. Ils considèrent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.