Show Less
Restricted access

Métiers et techniques du cinéma et de l’audiovisuel : sources, terrains, méthodes

Series:

Edited By Hélène Fleckinger, Kira Kitsopanidou and Sébastien Layerle

La « révolution » du numérique, entamée au tournant des années 2000, a entraîné dans un tourbillon de transformations l’ensemble de la filière cinématographique, de la création à la diffusion. L’ampleur des mutations engendrées (disparition d’acteurs des industries techniques, destruction massive d’emplois et de savoir-faire, redéfinition des contours de métiers anciens et apparition de nouveaux) a sensibilisé une partie de la communauté scientifique. Des projets nationaux et internationaux d’envergure ont vu le jour, avec le souci de cartographier les changements et surtout de préserver des connaissances et des compétences menacées de disparition. À l’heure où ces projets de recherche semblent se multiplier, cet ouvrage collectif, tiré d’un colloque universitaire, propose de se concentrer sur des questionnements d’ordre méthodologique : comment aborder les changements intervenus dans la filière cinématographique ? à partir de quelles sources, avec quels outils et selon quelles approches ? quels problèmes méthodologiques la recherche sur les métiers et les techniques du cinéma et de l’audiovisuel soulève-t-elle ? Autant de questions traitées dans ces pages, à partir de contributions d’une jeune génération de chercheurs dont les travaux, parmi les plus novateurs, incarnent aujourd’hui une dynamique significative au sein des études cinématographiques et audiovisuelles. S’il y a urgence à étudier un monde qui semble disparaître et se transformer sous nos yeux, il est tout aussi urgent de s’attarder sur les modalités de la recherche, sur les outils méthodologiques et les sources à disposition.

Show Summary Details
Restricted access

Lauren Benoit: Faire l’histoire du métier de scripte à partir de ses documents de travail

Faire l’histoire du métier de scripte à partir de

ses documents de travail

Extract

Lauren Benoit

Comment, à partir des vingt-cinq fonds d’archives de scriptes conservés à la Cinémathèque française, tenter d’établir l’histoire d’un métier aux origines, aux fonctions et aux pratiques aujourd’hui encore obscures ? Un métier pour lequel les définitions mêmes semblent peu éclairantes car circonscrivant à grand peine la pluralité de tâches et le champ d’action qu’il embrasse. Parmi ces définitions, deux sont officielles. La première est celle de la Convention collective nationale des techniciens de la production cinématographique du 30 avril 1950 : « Auxiliaire du réalisateur et du directeur de production. Elle veille à la continuité du film et établit, pour tout ce qui concerne le travail exécuté sur le plateau, les rapports journaliers artistiques et administratifs ». La seconde est issue de la précédente, corrigée à l’initiative de l’association Les Scriptes Associés1 (LSA) en 2006 : « Collaborateur direct technique et artistique du réalisateur. Responsable de la continuité, il veille à sa bonne mise en œuvre auprès des différents départements pendant la préparation et le tournage du film. Il suit le minutage et fait le lien entre le montage et la direction de production ». Dès lors, de quelles réalités du métier et de son évolution les divergences (et convergences) perceptibles entre ces deux définitions témoignent-elles ? Cette redéfinition récente nous permet de poser les jalons de notre recherche : prend-elle acte d’une mutation du métier au d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.