Show Less
Restricted access

L’enfant et la métaphore

Percée socio-culturelle dans les contours normatifs du cognitivisme

Frédéric Cerchia

Symbole de la pensée créatrice pour quelques-uns, sauvageonne illusionniste pour de nombreux autres, la métaphore a plutôt mauvaise presse dans l’histoire de la pensée occidentale qui s’en méfie autant qu’elle redoute la force déstructurante de l’imagination. Le langage quotidien est pourtant truffé de métaphores que l’usage ne laisse plus guère apparaître comme telles mais qui structurent notre expérience du monde.

Cet ouvrage a pour but d’étudier le développement de la compréhension de métaphores chez des enfants âgés de 4 à 10 ans. Après avoir mis à l’épreuve un modèle cognitiviste de compréhension, l’auteur adopte une perspective critique relevant de la psychologie socio-culturelle sur les mêmes conduites des enfants. Ce changement radical de posture permet de décrire comment les enfants mobilisent, à certaines fins communicationnelles, divers artefacts culturels – des personnages de dessins animés ou de BD, des normes sociales ou des expériences personnelles – issus de leur environnement social. Ils démontrent ainsi disposer de compétences socio-cognitives précoces, trop souvent occultées ou considérées pêle-mêle comme « élémentaires » dans les approches plus classiques.

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract



Que chaque personne qui, de près ou de loin, a contribué au bon déroulement de ce travail soit ici remerciée de son aide et de sa précieuse collaboration.

Le projet initial de cette étude a été en partie élaboré dans le cadre d’un engagement auprès de la Professeure Ioanna Berthoud de l’Université de Genève. Qu’elle soit ici remerciée, ainsi que l’équipe de psycholinguistique développementale qu’elle dirigeait à l’époque, pour leurs précieux conseils au cours de la première élaboration de ma situation de recherche.

Je tiens à remercier chaleureusement tous les directeurs d’école du canton de Vaud qui m’ont témoigné leur confiance en m’autorisant à conduire mes recherches dans leur établissement : Philippe Blaser (établissement primaire et secondaire de Rolle), Serge Lugon (établissement primaire et secondaire d’Ecublens), Charles Moinat (établissement primaire et secondaire de Préverenges), Claude Tharin (établissement primaire de Lausanne-Prélaz), Rémy Wist (établissement primaire et secondaire d’Apples-Bière) et Christine Wuillemin (directrice du Polykids sur le site de l’EPFL). Ma reconnaissance va également à toutes les enseignantes et à toutes les éducatrices de ces institutions qui nous ont accueillis avec enthousiasme et ont montré un vif intérêt pour notre travail. Leur collaboration nous a été indispensable.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.