Show Less
Restricted access

Retour à l’objet, fin du musée disciplinaire ?

Series:

Edited By Diane Antille

La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l’objet qui s’observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées, et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l’histoire des collections et la culture dans laquelle elle s’inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l’objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d’une même matérialité sont envisagés.

Show Summary Details
Restricted access

Mon histoire, ton histoire, notre histoire (Alexandre Fiette)

Extract

Alexandre Fiette

Mon histoire, ton histoire, notre histoire

Existe-t-il des musées sans lien à l’histoire ? Peut-être faut-il au préalable s’entendre sur le terme de musée. La discussion reste ouverte, car l’endroit où par définition l’on trouve les muses est devenu protéiforme. Du cabinet de curiosités au centre d’interprétation, celui-ci s’est repensé, parfois jusqu’à échapper à sa définition première.

La pièce, l’œuvre, ce que l’on expose donc, est difficilement envisageable sans ce qui l’explique : l’objet, qu’il soit témoin archéologique, démonstration de savoir-faire ou fort du statut d’œuvre d’art, renvoie indubitablement à une histoire qui pourra s’inscrire dans l’Histoire ou n’être que contexte. Difficile en conséquence de dissocier la notion d’histoire de celle de musée d’autant plus que lorsque celui-ci s’émancipe de l’objet, c’est le plus souvent au bénéfice d’une narration.

Lorsque le but même d’un musée devient l’Histoire, discipline à laquelle il se voue et à laquelle il emprunte les schémas réflexifs, le lien se renforce. La Maison Tavel, « musée d’histoire urbaine et de la vie quotidienne à Genève » ouvert en 1986 – mais dont le projet remonte à 1920 – constitue un exemple tardif de ces institutions publiques dédiées à l’histoire (fig. 1). A travers ces dernières se lisent toutes les interrogations muséographiques que le genre impose. On pourrait ainsi y voir comme une supra catégorie muséale qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.