Show Less

Etre bilingue

4 e édition ajoutée d’une postface

Series:

Georges Lüdi and Bernard Py

Le bi-/plurilinguisme est à la fois une composante et une manifestation de la diversification culturelle dans un monde « globalisé ». Il est aussi devenu un objectif largement reconnu de l’éducation. En tant que phénomène langagier, il bénéficie de la richesse des moyens d’investigation de la linguistique actuelle. En 2002, une révision approfondie de ce livre s’est efforcée de tenir compte à la fois de l’évolution du contexte socio-linguistique qui avait servi de cadre à l’étude, et de celle des outils théoriques disponibles. Les auteurs ont conservé l’esprit de la première édition; ils n’ont pas cherché à produire une encyclopédie du bilinguisme, mais proposé au lecteur un parcours d’observation et de réflexion à travers un terrain particulier – la région suisse de Neuchâtel – qui ancre la démarche dans un contexte socioculturel authentique. Pour cette nouvelle édition, les auteurs ont ajouté dans une postface les développements récents qu’ils jugent les plus pertinents. Ceux-ci enrichissent la réflexion théorique servant de moteur à ce parcours conduisant à des généralisations qui étendent la portée des observations initiales. Ils font de cet ouvrage un accompagnement à l’expérience pratique et réflexive du bi-/plurilinguisme qui concerne un très grand nombre de personnes en Europe et dans le monde.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 4: ATTITUDES ET REPRESENTATIONS SOCIALES 85

Extract

Chapitre 4 Attitudes et représentations sociales Au premier abord, il peut paraitre étonnant de rencontrer ici, dans un ouvrage rédigé par deux linguistes, un chapitre sur les attitudes et les représentations sociales, ces notions étant traitées généralement par la psy- chologie sociale ou la sociologie. Pourtant, on devine aisément le rapport qu’elles entretiennent avec le bilinguisme, par exemple avec le thème du choix de langue et, de manière générale, avec la façon dont le migrant vit les changements qui affectent son rapport aux langues. C’est ainsi que, dans une approche factorielle du choix de langue dans la conversation, on ne peut pas se contenter de considérer des données telles que le lieu (par exemple «transports en commun») comme raison ultime du choix de la langue d’accueil; encore faut-il se demander pourquoi un migrant considérera qu’il convient de parler français dans le bus. Et la réponse à une telle question met en jeu des attitudes et des représentations sociales. Nous commencerons par illustrer cette relation au moyen de quelques exemples, puis nous aborderons la question de ce qu’il faut entendre par attitudes et représentations sociales dans notre contexte. Une fois de plus, on constatera que les attitudes et les représentations sociales d’une part, les discours «méta-attitudinaux» et «méta-représentation- nels» de l’autre, ne sont pas isomorphes. Enfin, nous verrons divers moyens d’identifier les attitudes et les représentations sociales en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.