Show Less
Restricted access

Les enfants de l’«Émile»?

L’effervescence éducative de la France au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

Series:

Marguerite Figeac-Monthus

Ce livre, en étudiant plus de 200 plans et traités d’éducation français des XVIII e–XIX e siècles, montre toute l’importance de la pensée de Rousseau qui est utilisée ou rejetée afin de concevoir une société nouvelle et une réforme du système éducatif. Ces transformations ne pouvaient passer que par l’édification d’une éducation commune adaptée aux nouveaux enjeux issus de la Révolution et indispensables pour transformer et moderniser la société. En énonçant un certain nombre de principes et de valeurs, en se positionnant pour une réorganisation éducative, les auteurs de ces projets contribuent à édifier, dès le XVIII e siècle, les premiers fondements de l’école républicaine. Un certain nombre de questions posées, sur l'enfance et la jeunesse, sur l'utilisation des sens, sur la formation des maîtres, sur l'université, sur le rôle de l'Eglise et la place de la laïcité, sont très contemporaines et se trouvent mises en valeur par de très belles citations à découvrir ou redécouvrir.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 8: Des Idées Pour Reconstruire L’Éducation Et La Société

Extract

CHAPITRE 8

DES IDÉES POUR RECONSTRUIRE L’ÉDUCATION ET LA SOCIÉTÉ

La nécessité d’une bonne théorie sur l’enseignement est fondée sur ces vérités que ce sont les lumières qui ont fait la révolution et brisé les fers des esclaves; que l’homme est susceptible d’une perfection indéfinie; que sa perfection dépend des lumières qu’il acquiert, que plus les hommes seront éclairés et surtout généralement éclairés, plus les gouvernements se perfectionneront, que plus les hommes seront éclairés, plus ils connaîtront le prix de la liberté, et sauront la conserver, que plus les lumières seront à la portée de tous, plus l’égalité entre les hommes sera maintenue. Ainsi, vous devez aux peuples des lumières, des lumières sûres, et les moyens d’enseignement les plus propres à les étendre à l’infini. (Rabaut Saint-Etienne, 1792, pp. 1–2)

C’est en ces termes que le député de l’Aube, Jean-Paul Rabaut Saint-Etienne, dès les deux premières pages de son plan, souligne le rôle que pourraient avoir les Lumières dans l’éducation. Lumières qui doivent conduire non seulement à fabriquer un homme nouveau susceptible de «régénérer» la société mais à faire table rase du passé afin de reconstruire des fondements conduisant à l’épanouissement de tous les hommes. L’Éducation s’avère le seul moyen efficace. Il germe alors dans les esprits l’idée d’abattre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.