Show Less
Restricted access

Vox & Silentium

Études de linguistique et littérature romanes – Studi di linguistica e letteratura romanza – Estudios de lingüística y literatura románicas

Edited By Gina Maria Schneider, Maria Chiara Janner and Bénédicte Élie

Voix et silence se considèrent traditionnellement comme deux phénomènes opposés, s’excluant l’un l’autre. Les contributions contenues dans ce volume se proposent de dépasser une telle conception, en se centrant non seulement sur la valeur et les fonctions que les deux concepts peuvent recouvrir, mais aussi sur la relation complexe qui existe entre eux en linguistique et en littérature. Outre les deux pôles constitués par la voix et le silence, on peut repérer dans le domaine des langues romanes une grande variété de voix silencieuses ou de silences expressifs : la communication non verbale et son interaction avec le langage verbal, les différentes voix (plus ou moins silencieuses) donnant expression à ce qui ne peut pas être dit, ou bien la représentation graphique – et donc apparemment « muette » – d’un phénomène potentiellement acoustique. Le cri silencieux de Daphné, rendu visible dans la sculpture de Gian Lorenzo Bernini illustrant la couverture, est la manifestation figurative de cette rencontre oxymorique entre la voix et le silence.
Show Summary Details
Restricted access

Le rôle des éléments nuls à l’intérieur de quelques syntagmes nominaux et leur effect sur léaccord sujet-verbe en français et en roumain

Extract

GABRIELA SOARE

(Université de Genève)

Pour se référer à soi-même, un locuteur utilise des pronoms personnels de 1ère personne au singulier (je, moi, le mien, moi-même). Pour se référer à un interlocuteur (singulier), il utilise des formes pronominales de 2ème personne singulier (tu, toi, le tien, toi-même). A part ces pronoms, le locuteur et l’interlocuteur peuvent aussi utiliser des expressions de 3ème personne, comme dans les exemples ci-dessous :

(1)Maman (=le locuteur) va t’acheter un iPad si tu es sage.

(2)Les auteurs ci-présents (=les auteurs de l’article) vont/?allons répondre à vos questions eux-mêmes/nous-mêmes.

(3)Est-ce que la choupette (=l’interlocuteur) aimerait quelque chose à boire?

Ce type de syntagmes nominaux (DP) s’appelle des imposteurs (Collins & Postal 2012) et sont définis comme en (4).

(4)Un imposteur est défini comme un DP qui dénote la personne n et qui est grammaticalement de personne m, n≠m.

En (1), le DP maman se réfère au locuteur, mais du point de vue grammatical représente la 3ème personne. En (2), le DP pluriel les auteurs ci-présents se réfère à un groupe qui inclut le locuteur, exprimant donc la 1ère personne, mais du point de vue grammatical c’est un DP de 3ème personne. Enfin, le ← 211 | 212 →DP la choupette en (3) est un imposteur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.