Show Less
Restricted access

Les inégalités scolaires en Suisse

École, société et politiques éducatives

Series:

Edited By Georges Felouzis and Gaële Goastellec

L’ouvrage propose d’examiner l’ampleur et les sources des inégalités scolaires en Suisse. Chaque auteur s’attache à comprendre les conditions de la réussite et de l’échec scolaire. En quoi l’accès aux diplômes et la maîtrise des savoirs dépendent-ils de facteurs « collectifs » comme le groupe d’appartenance des élèves – être un homme ou une femme, d’origine sociale aisée ou modeste, de parents migrants ou non, etc. ? En quoi dépendent-ils aussi des politiques éducatives et des conditions d’apprentissage qui en découlent ?
Les analyses portent sur les effets des politiques éducatives et identifient les facteurs qui favorisent, ou au contraire limitent, l’efficacité et l’équité de ces politiques. De ce point de vue, la diversité des systèmes éducatifs proposés par chaque canton en Suisse constitue un véritable « laboratoire scolaire » pour la sociologie de l’éducation, au sens où toutes les formes possibles d’organisation des scolarités sont présentes et peuvent ainsi être comparées pour rendre compte des mécanismes de production des inégalités scolaires.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction: Inégalités Scolaires et inégalités sociales: Georges Felouzis et Gaële Goastellec

Extract

INTRODUCTION

INÉGALITÉS SCOLAIRES ET INÉGALITÉS SOCIALES

Georges Felouzis et Gaële Goastellec

Cet ouvrage propose une vision d’ensemble des inégalités scolaires en Suisse au travers de travaux issus de recherches qui relèvent toutes, à des degrés divers, de la sociologie de l’éducation. Chaque auteur s’attache ainsi à comprendre comment la réussite ou l’échec scolaire, l’accès à tel ou tel niveau de diplôme ou à une maîtrise plus ou moins élevée de savoirs et de compétences, dépendent de facteurs que l’on pourrait qualifier de «collectifs».

Par «facteurs collectifs», nous entendons deux types de phénomènes. D’abord le poids sur les parcours scolaires des caractéristiques ascriptives des individus, c’est-à-dire qui ne relèvent pas de leur volonté propre tout en les situant au sein de la société. Etre un homme ou une femme, d’origine sociale aisée ou modeste, de parents migrants ou non, etc. relèvent de ce type de caractéristiques dont on sait qu’elles agissent fortement sur les chances de réussite sans pour autant que les élèves puissent directement agir sur elles. Cela signifie que nous raisonnerons de façon privilégiée sur des inégalités entre groupes d’élèves et non pas entre individus: les compétences scolaires dépendent-elles du sexe, de l’origine sociale ou encore du parcours migratoire des individus? Quels sont les mécanismes qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.