Show Less
Open access

«Candide», «La fée carabine» et les autres

Vers un modèle didactique de la lecture littéraire

Series:

Sandrine Aeby Daghé

Les pratiques de lecture des élèves ont fait l’objet de recherches de grande ampleur. Mais que sait-on des pratiques d’enseignement ? Qu’est-ce qui se construit lorsque des enseignants et des élèves abordent un texte en classe ? Cet objet varie-t-il en fonction des textes ? De leur longueur ? De leur statut ?
L’auteur a mené une recherche avec des enseignants qui ont étudié Candide de Voltaire et La fée Carabine de Pennac avec leurs élèves de 16 ans. Comment les enseignants s’y sont-ils pris dans cette entreprise complexe? Comment ont-ils assuré les liens entre les lectures réalisées à la maison et le travail en classe ? Certes, chaque enseignant s’y prend différemment. Mais un phénomène commun apparait: le recours à des genres d’activité scolaire pour appréhender différentes facettes des textes littéraires et assurer les liens entre le commentaire de texte et les lectures des élèves.
Le chercheur trouvera dans cet ouvrage une démarche d’analyse systématique des interactions didactiques. L’enseignant y découvrira des modèles d’activités qui lui permettront de mieux comprendre ses pratiques et l’inspireront dans la conception d’activités futures.
Show Summary Details
Open access

Annexes

ANNEXES

ANNEXE I: CONVENTIONS DE TRANSCRIPTION

D’une manière générale, il faut considérer les remarques concernant les indices prosodiques comme la réaction du transcripteur à ce qui lui semble remarquable étant donné l’environnement verbal, c’est-à-dire «marqué» ou, autrement dit, contrastant avec ce qui précède immédiatement. La remarque est valable également, en l’état actuel, pour tout ce qui est ressenti comme pause ou silence.

/, //pause
silence de 0 seconde
:,::allongement vocalique
(mot?)mot probable
(mot / pot)hésitation entre deux mots proches
mot(s) nombrehésitation à l’écoute / au co-texte à déterminer le
Xincompréhensible (X = 1 syllabe)
Hauto-interruption nettement audible intonation montante (questions, demandes de confirmation, etc.)
xxxchevauchements
xxx(texte)remarques prosodiques, descriptions gestuelles, notations diverses du point de vue de la transcription. Lorsque c’est nécessaire, on notera le début et la fin de l’empan concerné par un #.
MAJUSCULESaugmentation d’intensité sonore (emphase, incises...)
PETITES MAJUSCULES ITALIQUES:diminution d’intensité sonore (apartés, incises...)
0:00:00timing sur la bande vidéo
take 0prise de vue 0
él, élx, élydésignation d’un élève, spécifié garçon ou fille
élsdésignation de plusieurs élèves
Edésignation de l’enseignante ← 291 | 292 →

Les descriptions gestuelles et contextuelles concernent: la mimique corporelle et faciale significative (ironie, étonnement, colère, satisfaction, emphase à travers le regard eou des hochements de tête, «pointings», etc.) accompagnant les énoncés des interlocuteurs; les déplacements significatifs de l’enseignant et des élèves (déplacement vers le tableau noir, vers les élèves, etc.); les gestes de l’enseignant et des élèves (écriture/lecture au tableau noir/rétro-projecteur/cahier, présentation de transparents déjà prêts, soulignements et corrections au tableau noir/ rétro-projecteur, distribution de feuilles d’exercices, etc.); les changements d’organisation du travail en classe (par groupe, individuel); l’intervention de facteurs externes (le moment de la cloche, l’arrivée de quelqu’un).

ANNEXE II: SYNTHÈSE DES OBSERVATIONS

Situation 0: De l’horrible danger de la lecture de Voltaire

La séquence conduite par Sarah, Julie et Maud sur le texte de Voltaire intitulé De l’horrible danger de la lecture n’était pas prévue dans le dispositif initial. Elle a pour origine la volonté des enseignantes, à l’instigation de Julie de soumettre aux élèves un premier texte de Voltaire avant d’aborder la lecture de Candide permettant une confrontation au procédé de l’ironie utilisé par Voltaire. Maud lors d’un entretien informel a également rappelé la volonté de choisir un texte plus court de genre divers pouvant répondre à une exigence du dispositif de recherche (cf. situation 3).

Elle a donné lieu à 6 périodes d’enseignement entre le 22 février et le 1er mars. Celles-ci se répartissent de la manière suivante:

classe de Sarah: 3 périodes allant du 22 février (2 périodes) au 1er mars (1 période)

classe de Julie: 2 périodes allant du 22 (1 période) au 23 février (1 période)

classe de Maud: 1 période le 22 février

Toutes les périodes données par les enseignantes ont fait l’objet d’un enregistrement audio et vidéo à l’exception de la deuxième période du 22 février dans la classe de Sarah qui a fait l’objet d’un enregistrement audio seulement.

Situation 1: Candide ou l’optimisme de Voltaire

La lecture de Candide dans les classes de Sarah, Julie et Maud a donné lieu à 40 périodes d’enseignement entre le 22 février et le 12 mai:

classe de Sarah: 9 périodes du 5 avril au 12 mai 2005. Toutes, sauf la dernière période consacrée à la rédaction d’une note critique de lecture sur Candide, ont été filmées; ← 292 | 293 →

classe de Julie: 17 périodes du 4 mars et le 3 mai 2005. Douze leçons ont été filmées et 5 ont fait l’objet de reconstitution détaillée sur la base des notes de l’enseignante;

classe de Maud: 14 périodes du 22 février au 3 mai 2005. Douze leçons ont été filmées, une leçon a été reconstituée sur la base des notes de l’enseignante, la dernière période consacrée à la rédaction d’un texte sur la lecture sur Candide n’a pas été filmée.

Situation 2: Le Cri de la Mouette

Sarah, Julie et Maud ont consacré 12 périodes d’enseignement à la lecture du Cri de la Mouette d’E. Laborit entre le 3 et le 31 mai. Ces périodes se répartissent de la manière suivante:

classe de Sarah: 4 périodes du 24 au 31 mai. Toutes ont été enregistrées.

classe de Julie: 3 périodes du 10 au 20 mai. La période donnée par Julie le 17 mai a fait l’objet d’une reconstitution.

classe de Maud: 4 périodes entre le 3 et le 23 mai. Toutes ont été enregistrées.

Situation 3: Chronique de Jacques Pilet

L’éditorial de Jacques Pilet paru dans l’Hebdo a donné lieu à 6 périodes d’enseignement dans les classes de Sarah, Julie et Maud selon la répartition suivante:

classe de Sarah: 2 périodes le 17 mai, enregistrées.

classe de Julie: 2 périodes le 9 mai, enregistrées.

classe de Maud: 2 périodes le 9 mai, enregistrées.

Situation 4: La fée carabine

La séquence conduite dans la classe de Muriel s’est étendue sur 7 périodes du 4 avril au 28 mai, qui ont été enregistrées.

ANNEXE III: EXEMPLE DE SYNOPSIS

image

← 293 | 294 →

image

← 294 | 295 →

image

← 295 | 296 →

image

← 296 | 297 →

image

← 297 | 298 →

image

← 298 | 299 →

image

← 299 | 300 →

image

← 300 | 301 →

ANNEXE IV: DE L’HORRIBLE DANGER DE LA LECTURE DE VOLTAIRE

image

← 301 | 302 →

ANNEXE V: «LA DICTATURE DÉLIVRE L’HOMME» DE JACQUES PILET

image

← 302 | 303 →

ANNEXE VI: EXTRAIT DE L’UTOPIE DE TH. MORE

image

← 303 | 304 → ← 304 | 305 →