Show Less
Restricted access

Paroles de témoins, paroles d’élèves

La mémoire et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de l’espace public au monde scolaire

Series:

Nadine Fink

À la fin des années 1990, le rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale fait l’objet de vives polémiques au cours desquelles se confrontent la mémoire portée par les acteurs du passé et l’histoire en tant qu’interprétation de ce passé. Les tensions et les controverses, largement relayées dans la société, n’épargnent pas le monde scolaire. Ainsi, jusqu’en 2008, plus de vingt mille élèves de Suisse visitent l’exposition L’Histoire c’est moi qui médiatise les témoignages audiovisuels de personnes racontant leurs souvenirs de l’époque de la guerre. En suivant la manière dont cette exposition a été vécue par le jeune public, ce livre étudie l’expression et la réception de la parole du témoin dans le champ scientifique, dans l’espace public et dans le monde scolaire. Il interroge à la fois la construction de la mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale en Suisse et la contribution des témoignages oraux à la formation intellectuelle des élèves. Il montre comment se tisse le lien intergénérationnel entre témoins et élèves autour d’une représentation partagée du passé, souvent lisse et consensuelle, plus rarement critique et nuancée.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2: Des Témoins Encombrants: La Mémoire de la Seconde Guerre Mondiale en Suisse

Extract

Ils ne se retrouvaient pas dans le tableau «historique» de ces événements dont ils pensaient avoir gardé le souvenir intact parce qu’ils les avaient directement vécus. Je crois bien leur avoir fait observer que les historiens n’ont pas pour ambition de faire revivre les événements passés, de les ressusciter dans leur chair et leur sang pour que les témoins s’y sentent chez eux et soient à nouveau touchés et émus.

Jean-Pierre Vernant (2004, p. 28-29)

Les faits historiques établis par les historiens à partir des traces du passé et les témoignages de ceux qui ont vécu la période et les événements en question ne sont pas de même nature et ne se rencontrent pas nécessairement. Ils peuvent bien sûr se compléter et leur mise en perspective enrichir la perception et la compréhension de temps révolus. Mais ils peuvent aussi se contredire, s’opposer, se nier. La thématique de la Seconde Guerre mondiale en Suisse constitue un terrain d’étude fertile pour mener une réflexion sur les rapports à la fois complémentaires et conflictuels qu’entretiennent la mémoire et l’histoire.1

Les citoyens suisses ont subi au milieu des années 1990 une série de «révélations» sur leur passé; ils en ont pour beaucoup été choqués. En particulier les hommes à qui avait été imposé le lourd sacrifice de la mobilisation générale durant plusieurs années...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.