Show Less

Gros plan sur la classe de français

Motifs et variations

Series:

Edited By Mariella Rispail and Christophe Ronveaux

Que se passe-t-il entre le moment où un enseignant prépare son enseignement et le moment où il sort de sa classe ? Quels évènements sont venus renforcer ses convictions de départ, ou transformer ses prévisions ? Cet ouvrage tente de lever le voile sur quelques situations d’enseignement de langue française, dans quelques pays francophones et dans un pays non francophone, pour les décrire dans leur dynamique et leur identité propres. C’est dans cette description microscopique d’évènements didactiques, dans cette mise en lien du contexte social avec les réalités de la classe, que peut se prendre, paradoxalement, toute la distance nécessaire pour rendre une expérience unique transférable et donc utile à tous.
C’est du moins l’ambition des auteurs de ce livre, qui doit son origine à la rencontre de didacticiens d’horizons divers venant de la Belgique, de la Suisse, de la France et du Viêt-Nam, tous ayant pour toile de fond, la formation des enseignants.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 6 - DE LA DISCIPLINE DÉCLARÉE À LA DISCIPLINE APPRISE UN AN D’OBSERVATION DE DEUX ENSEIGNANTES DE FRANÇAIS ET DE LEURS ÉLÈVES EN CLASSE DE 5e SECONDAIRE 147

Extract

Chapitre 6 De la discipline déclarée à la discipline apprise Un an d’observation de deux enseignantes de français et de leurs élèves en classe de 5e secondaire Jean-Louis Dufays 1 CADRAGE CONCEPTUEL L’identité d’un objet étant forcément relative au point de vue qui est posé sur lui, la question qui nous occupe ici – la discipline français est- elle une discipline singulière, plurielle ou transversale? – m’apparait comme une invitation à mobiliser et à confronter une diversité de regards. Plus précisément, il me semble que, si l’on veut mieux connaitre et comprendre la discipline français, il est nécessaire de se demander dans quelle mesure son image est cohérente, unifiée, ou au contraire en tension ou en mouvement selon les points de vue. Le premier point de vue qui est traditionnellement privilégié pour traiter des disciplines scolaires est celui des instructions officielles: par leur caractère «instituant», celles-ci permettent de définir les disciplines comme des cadres conceptuels contraignants, qui fonctionnent de manière relativement commune au sein d’espaces géopolitiques – un pays, une communauté, une province, un canton, un réseau scolaire – et historiques déterminés, avec plus ou moins de convergences internatio- nales et de continuités. Un autre point de vue, qui permet de dépasser en partie les cloisonnements géopolitiques, est celui des savoirs de référence circulant dans la «noosphère» des praticiens et des réputés experts de la discipline, à travers les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.