Show Less

Le sonnet et les arts visuels : dialogues, interactions, visibilité

Series:

Edited By Bénédicte Mathios

Cet ouvrage questionne le sonnet au sujet de ses relations aux arts visuels que sont le dessin, la peinture, la sculpture, la photographie, le cinéma. Les champs linguistiques et culturels concernés appartiennent majoritairement aux domaines français et hispanophone, ponctuellement italien et anglophone, le sonnet constituant le fil conducteur essentiel des quatre principaux axes du volume. L’étude examine tout d’abord l’ ekphrasis, inscrite dans l’économie de sonnets qui décrivent un tableau, voire en dérivent, puis les combats et dialogues entre l’image artistique et le sonnet de la Renaissance à l’époque contemporaine. Une troisième modalité analyse diverses mises en mots du visuel dans un sonnet devenu « figure de l’imaginaire », espace où les poètes dessinent, sculptent, peignent, photographient, filment « avec des mots ». Enfin, dans un quatrième temps, la visibilité du sonnet est privilégiée, aussi devient-il « objet d’art visuel », singulièrement à l’époque contemporaine.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Sonnet visible, sonnet lisible?

Extract

Sonnets espagnols: du visible au lisible NADINE LY Université Michel de Montaigne Bordeaux La claridad sin fin de tu hermosura es, cual cielo de fuente, ilimitada en la limitación de tus orillas. Juan Ramón Jiménez, «Al Soneto con mi alma1». Dans l’Introduction à son livre Le sujet dans le tableau, Daniel Arasse limite le périmètre de sa réflexion aux arts non seulement visuels mais figuratifs: «D’abord – écrit-il2–, on ne considèrera que les arts figura- tifs et donc – ni l’architecture, ni la musique, ni la littérature». La dis- tinction entre le visuel et le figuratif concerne la différence, couram- ment invoquée, entre les arts de l’espace (architecture, sculpture et peinture) et les arts du temps, temps de l’écoute (la musique et la poé- sie) et temps de la lecture (la poésie encore et la littérature). Si l’architecture relève des arts de l’espace, Arasse l’exclut des arts «fi- guratifs». Cependant, bien qu’elle soit toujours au moins auto- figurative, l’architecture peut produire des édifices qui, figurant autre chose qu’eux-mêmes, figurent quelque chose. Le gril du supplice de Saint Laurent configure la structure du monastère San Lorenzo de l’Escorial, par exemple; la spirale d’un escargot et l’envol d’un navire, la structure des deux musées Guggenheim de New-York et Bilbao; la tour Agbar de Barcelone est un missile, un suppositoire, une fusée, un obus, un phallus...; le «Nid d’oiseau» de Pékin est le Stade National chinois....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.