Show Less

Charlemagne et les objets

Des thésaurisations carolingiennes aux constructions mémorielles

Series:

Edited By Philippe Cordez

Les recherches réunies dans ce livre partent du constat que le Moyen Âge ne connaissait pas notre notion d’« objet ». Le mot n’a en effet pris son sens courant de chose de dimension limitée, destinée à un certain usage, que vers la fin du XVIII e siècle. Comment peut-on, dès lors, rendre compte sans anachronisme de ce que les « objets » ont été pour ceux qui vécurent durant les siècles précédents ?
La figure de Charlemagne a permis aux auteurs d’aborder cette question à partir de deux phénomènes historiques. La vaste entreprise de la réforme carolingienne, d’abord, impliqua le développement de pratiques de « thésaurisation », soit des accumulations de matières et de formes consistant aussi bien en de nouveaux modes de gestion qu’en la création d’artefacts unissant, de façon inédite, les pouvoirs profane et sacré. La célébration largement partagée de la mémoire de l’empereur, ensuite, donna lieu à de nombreuses « constructions mémorielles », qui associaient des récits et des choses, et faisaient ainsi d’elles l’évidence présente d’un passé revisité.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Daniel Russo - Plans, fonds, surfaces: présence visuelle et politiquede l’«objet» à l’époque carolingienne 5

Extract

5Daniel Russo Plans, fonds, surfaces: présence visuelle et politique de l’«objet» à l’époque carolingienne Parler de trésors, c’est avant tout parler d’objets, les situer dans l’es- pace de leur présentation et s’efforcer de comprendre les modes de regard porté sur eux1. C’est en ces termes, en effet, que la réflexion doit être menée sur la notion même d’«objet» et des concepts avancés pour permettre de distinguer le champ d’étude spécifique dont ils rele- vaient. D’emblée je soulignerai, cependant, que le mot «objet» reste d’une acception récente par rapport à l’examen de la question toute carolin- gienne qui nous occupe ici: le mot object est en effet emprunté au latin scolastique objectum, participe passé neutre substantivé du latin classi- que objicere – jeter devant; placer devant; opposer. Le verbe est le préfixé de jacere («jeter») en ob, préverbe et préposition de sens local, «devant», «au devant de», d’où «en vue de», au physique et au moral, et «contre» avec hostilité, «en échange de». Les formes «au devant de», «en vue de», ainsi qu’«en échange de» peuvent être retenues ici. Le mot objectum, proprement ce qui est placé devant, est utilisé avec un quali- ficatif dans l’expression objectum formale, qu’on oppose à objectum materiale. Il entre aussi dans la locution objectum habere, par exemple pour saint Thomas d’Aquin (1225-1274), au sens de «avoir pour objet». Il désigne, ainsi, ce qui a une existence en soi, indépendante...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.