Show Less

La linguistique de la contradiction

Series:

Edited By Jacques François, Pierre Larrivée, Dominique Legallois and Franck Neveu

La notion de contradiction traverse l’organisation du langage. Elle structure le lexique, motive des constructions syntaxiques et est un mode d’organisation du discours. C’est ce que démontrent les études réunies dans cet ouvrage éclairant des cas jusqu’ici peu étudiés, dans un ensemble de langues proches et plus éloignées, anciennes et modernes. Ces études suggèrent la récurrence d’une même notion à différents niveaux de structuration, de la langue au discours, permettant l’intégration de dimensions hétérogènes. Se trouve ainsi affirmée l’idée que les tensions entre contrariété et contradiction sont à l’origine des raisonnements contextuels qui donnent des objets linguistiques bien formés.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE. LES OPPOSITIONS LOGIQUES

Extract

DEUXIÈME PARTIE LES OPPOSITIONS LOGIQUES 145 Vers un cube des oppositions1 Johan VAN DER AUWERA et Lauren VAN ALSENOY Université d’Anvers 1. Introduction Cet article se propose de développer le classique carré des opposi- tions vers un cube à trois niveaux et à trois dimensions. Dans la sec- tion 2 nous traitons des problèmes auxquels est confronté le carré des oppositions dans l’analyse des quantificateurs de langues naturelles. Une solution partielle consiste à attribuer trois niveaux au carré, partant d’une proposition avancée pour le carré de la modalité. Dans la section 3 nous traitons la distinction en anglais entre some et any et nous propo- sons de transformer le carré en un cube. Enfin, la section 4 aborde suc- cinctement la comparaison entre le cube et la géométrie des indéfinis telle que proposée par Haspelmath (1997). 2. Des trois coins aux trois niveaux Le carré des oppositions, également connu comme « le carré aristoté- lien », est une configuration conçue pour capturer les rapports qui existent entre des ensembles de catégories et de négation. Ces catégories incluent les quantificateurs tous et quelques, mais également les notions modales de nécessité et de possibilité. Les carrés relatifs à ces deux ensembles de notions sont illustrés par les figures 1 et 2. 1 Nous tenons à remercier le Gouvernement fédéral belge pour son soutien financier (projet P6/44 – Grammaticalisation et (Inter)Subjectification), le Fonds de recherche scientifique de Flandre (FWO) (projet 4750) et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.