Show Less

Sens et signification dans les espaces francophones

La construction discursive du concept de francophonie

Series:

Edited By Olga-Stefana Galatanu, Ana-Maria Cozma and Virginie Marie

L’ouvrage réunit une sélection de contributions, apportant des perspectives et éclairages différents selon les disciplines et/ou les paradigmes mobilisés (analyse du discours, sémantique argumentative et/ou sémantique cognitive, sémiotique, sciences du la culture, histoire, sociolinguistique, anthropologie), sur le mot F/francophonie et sur « les mots de la francophonie », ceux qui sont mobilisés dans les discours de ses promoteurs et défenseurs ou de ses détracteurs, des politiques, des médias, certes, mais également dans les discours recueillis auprès de ceux qui la pratiquent et la revendiquent, des francophones « de base ».
L’enjeu fondamental de ce croisement de points de vue est de montrer que c’est dans et par les nombreux discours, qui se croisent, réfèrent les uns aux autres, auxquels on adhère ou qu’on rejette, que se construisent et se reconstruisent des identités francophones, ancrées à la fois dans l’histoire de l’usage du français et dans l’environnement sémantique mobilisé par ces discours : systèmes de valeurs et de croyances, actes posés et évoqués dans l’espace social désigné par le mot F/francophonie.
L’objectif est ainsi de montrer les mécanismes de la construction discursive de la signification du mot F/francophonie, signification polysémique et cinétique, subissant un permanent processus de (re-)conceptualisation et de régénération.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Troisième partie. La construction d’espaces et d’identités collectives en francophonie

Extract

TROISIÈME PARTIE LA CONSTRUCTION D’ESPACES ET D’IDENTITÉS COLLECTIVES EN FRANCOPHONIE 181 L’AIU dans l’espace francophone Droits, humanisme et éducation James ARCHIBALD Université Mc Gill Introduction En 2010, l’Alliance israélite universelle (AIU) a célébré cent cin- quante ans d’éducation juive. C’était une occasion qui permit de réflé- chir sur le rôle historique de l’AIU dans la promotion des droits de la personne, sa vision d’un humanisme universel et son engagement à promouvoir la connaissance du français dans la diaspora juive comme outil de modernisation, tout cela savamment orchestré au sein d’un programme éducatif unique dans l’histoire de la communauté juive. L’AIU était – et est toujours – un opérateur de l’enseignement français dans la diaspora juive et en Israël. De ce fait, les dirigeants et ensei- gnants de l’AIU rayonnent toujours dans le monde dans une œuvre qui vise à la fois la construction d’une identité francophone parmi les core- ligionnaires dans le respect de la tradition juive. Certes, l’AIU restait fidèle aux exigences de l’enseignement dit religieux ; toutefois, ancrée qu’elle était dans un esprit républicain, elle faisait en même temps la promotion des valeurs d’une « institution avant tout humaniste » (Na- hon, 2010 : 130). Il en découla une culture éducative habilitante qui, par son action culturelle et éducative, perdure à ce jour. Le but premier de l’AIU consiste à « concourir au progrès culturel des israélites en quelque lieu qu’ils se trouvent et notamment de les faire...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.