Show Less

Guerre et Paix

Une destinée européenne ?

Series:

Edited By Sylvain Schirmann

Les expériences communes des Européens conduisent-elles à une « européanisation des consciences » ? L’amorce d’un processus de construction européenne au XXe siècle, et notamment après 1945, s’est nourrie d’un narratif mettant en valeur l’apport de ce processus à la paix, au développement socio-économique et à l’enracinement démocratique. Ce narratif est présent dans l’ensemble des discours et décliné à travers des adaptations nationales dans la majeure partie des États membres de l’UE. En panne aujourd’hui, il mérite d’être interrogé. Ne favorise-t-il pas des « mémoires concurrentes », rendent difficile l’émergence de lieux de mémoire européens ? Compte tenu, justement, de certains événements mémoriels : centenaire de la Grande Guerre, soixantième anniversaire du déclenchement de la guerre d’Algérie, conférence de Genève de 1954 qui scelle la fin de la première guerre d’Indochine, échec de la CED en 1954 qui lance le processus de réarmement de l’Allemagne, les auteurs des contributions réunies dans ces actes réfléchissent à la thématique de la destinée européenne, autour de trois axes : les conflits européens (ces « guerres civiles européennes »), les victimes, et les processus de pacification.
Ce volume se veut un hommage rendu à l’œuvre de l’homme qui, dans les murs de sa maison de Scy-Chazelles, a réfléchi à la paix européenne. Il voudrait ainsi permettre le dépassement de cette classique destinée européenne évoquée par le titre de la manifestation.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La Grande Guerre matrice de l’Europe ? 1914-2014 (Jean-Noël Grandhomme)

Extract

17 La Grande Guerre matrice de l’Europe ? 1914-2014 Jean-Noël Grandhomme « Le XXe siècle commence en août 1914. » « La Première Guerre mondiale1 marque une rupture fondamentale dans l’histoire de l’Europe et du monde, un point de basculement d’une époque à une autre. » Ces affirmations se sont muées au fil des décennies – répétées encore à l’envi à l’occasion du centenaire de 2014 – en lieux communs. Mais que faut-il vraiment en penser ? En dépit de ce que son nom pourrait laisser croire, la Première Guerre mondiale est bien un phénomène dont les causes et le déroulement sont surtout liés à l’histoire de l’Europe, qui n’a fait qu’entraîner dans son sillage le reste du monde. Officiellement encadrée par les dates du 28­juillet­1914­(déclaration­de­guerre­de­l’Autriche-Hongrie­à­la­Serbie)­ et du 11 novembre 1918 (armistice de Rethondes), elle a eu pour pré- liminaires les guerres balkaniques de 1912-1913 et a duré, en Orient, jusqu’au traité de Lausanne du 24 juillet 1923, qui a mis fin à la guerre gréco-turque. À bien des égards, l’occupation de la Ruhr par les armées française et belge en 1923-1924 peut même apparaître comme la vraie conclusion du premier conflit mondial, à moins que ce ne soit la capitula- tion du IIIe Reich en mai 1945 (théorie de la « guerre civile européenne » d’Ernst Nolte)2. Enchaînement mécanique dû aux tensions entre deux systèmes d’al- liance...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.