Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1949 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Series:

Edited By Ministère des Affaires étrangères

Une grande affaire du premier semestre 1949 est le Pacte atlantique. Parallèlement la mise sur pied de l’Allemagne occidentale bat son plein, autour de la question de la « Loi fondamentale » de la future RFA. Les deux dossiers sont étroitement liés ; la France doit définitivement revoir sa politique allemande, mais on admet désormais que la priorité, c’est la résistance face à l’URSS  ; il faut empêcher celle-ci d’utiliser l’Allemagne. Le but n’est plus de morceler l’Allemagne, mais de l’incorporer dans un système de sécurité occidental.
Autre grand souci : l’Indochine. On suit les négociations complexes avec l’empereur Bao Dai. On parvient cependant aux accords du 8 mars 1949. Paris se montre très restrictif et frileux. Mais on s’inquiète des répercussions en Indochine de la défaite de Tchang Kai Tchek face aux communistes chinois. Cependant les États-Unis commencent, en raison de cette inquiétude, à mieux comprendre la position française à l’égard du problème indochinois. Décidément la politique extérieure française entre dans une nouvelle phase.
Show Summary Details
Restricted access

Annexe. Rapport sur les événements d’intérêt diplomatique survenus en Indochine et dans les pays de l’Asie du Sud-Est au cours du mois de mars 1949

Extract

R.

Très secret.

L’évolution de la situation intérieure chinoise est encore, pour le mois de mars, l’événement dominant d’intérêt diplomatique pour l’Indochine, comme sans doute pour tous les pays de l’Asie du Sud-Est.

Bien qu’au cours de ce mois les positions matérielles respectives des deux adversaires, Communistes et Kuomintang, n’aient apparemment pas évolué, en fait la décomposition de l’organisation nationaliste chinoise a considérablement gagné en profondeur. La démission du cabinet Sun Fo et l’appel au pouvoir du général Ho Ying Chin avec des collaborateurs dont beaucoup sympathisent nettement avec les communistes, ont été les seules manifestations tangibles de cette évolution sur le plan politique. Dans les provinces du Sud, le désordre s’étend. Plus de la moitié des sous-préfectures du Yunnan sont maintenant aux mains d’éléments qui se disent communistes et rançonnent les environs, villes et voies de communication, à ce titre. Une révolte agraire s’est développée au Hounan où le gouverneur nationaliste se trouve encerclé dans sa capitale Tchang Tcha, et où une partie des meilleures troupes du Kuomintang – celles de Pai Chung si – ont dû être envoyées pour tenter de le dégager. À Nankin même, et dans ses environs, des soldats démoralisés se promènent plus ou moins désarmés et se rendent odieux à la population avec laquelle les incidents deviennent fréquents.

*

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.