Show Less
Restricted access

La ritualité des rencontres

Modes de représentation littéraire

Edited By Karin Schulz and Fabian Schmitz

Leurs yeux se rencontrèrent – Jean Rousset a choisi de manière emblématique cette expression figée pour son étude magistrale sur la topique du coup d’œil comme rencontre première dans la littérature française. Son analyse montre exemplairement la sémantique et tradition rituelle de la rencontre comme motif littéraire dont la diversité des représentations reste encore inaperçue. Les contributions choisies pour ce volume reconsidèrent la ritualité des rencontres et ses modes divers de représentation dans la narration française du xixe et xxe siècle. Elles permettent de relire et décrire la variété d’échelons conceptuels ainsi que le contexte socio-culturel divers des notions du rituel et de la rencontre face à leur convergence et divergence sémantiques.

Show Summary Details
Restricted access

« considérer honnêtement, considérer sans vergogne ! » La poétique des rencontres rituelles avec la nature dans l’œuvre de Francis Ponge (Sylvester Bubel)

Extract

| 117 →

Sylvester Bubel

« considérer honnêtement, considérer sans vergogne ! » La poétique des rencontres rituelles avec la nature dans l’œuvre de Francis Ponge

Abstract: Outlining the fundamental forms and functions of ethnological rituals in non-western civilizations according to Arnold van Gennep’s Les rites de passage (1909), the article describes the different ritualistic phases of Francis Ponge’s poetic encounters with entities of nature.

Francis Ponge et la culture de fin de siècle1

Dans l’histoire littéraire du XXe siècle, Francis Ponge (1899–1988) est considéré comme étant le poète des choses2, une attribution générique, notamment due à sa perception particulièrement complexe de la poétique ainsi qu’à la conception singulière de ses productions littéraires, qui sont difficiles à cerner. De ce fait, ses œuvres ont connu une lecture diversifiée dont les courants existentialistes,3 poststructuralistes et déconstructivistes étaient des plus populaires. Les entretiens entre Francis Ponge et Philippe Sollers, tout comme ses échanges avec le Groupe Tel-Quel montre à quel point Francis Ponge étudiait les théorèmes déconstructivistes.4 L’essai de Jacques Derrida Signéponge5 de 1984 s’aligne également dans ce contexte et l’on peut le considérer comme étant une appropriation ← 117 | 118 → de l’œuvre de Ponge par la philosophie déconstructiviste-poststructuraliste française au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Ce texte se focalisera toutefois sur une perspective purement littéraire,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.