Show Less
Restricted access

Le corps de l’audible

Écrits français sur la voix 1979–2012

Series:

Helga Finter

La voix n’est-elle qu’un instrument pour la langue ou a-t-elle une signifiance propre? Quel rôle joue sa théâtralisation pour les conceptions du sujet, du corps, du langage? Comment la voix crée-t-elle une présence ou une signature? Comment dramatise-t-elle son origine et l’audio-vision? Quels sont les effets et les fonctions des technologies sonores? À quoi servent les voix acousmatiques? Comment se manifestent une éthique et/ou une politique de la voix? Quel est le rapport entre voix d’auteur et voix poétique? C’est à de telles questions que répondent les écrits de ce livre en analysant des œuvres de la scène expérimentale – théâtre, opéra, danse, médias – et de l’écriture qui proposent par leur pratique une esthétique de la voix.
Show Summary Details
Restricted access

Voix divines et voix diaboliques : colorature et mirlitons

Extract

| 155 →

Voix divines et voix diaboliques : colorature et mirliton

La voix de la marionnette est au premier abord le contraire de celle du chanteur ou de la chanteuse d’opéra. Censée assurer grâce au chant une unité entre un corps présent et la parole d’un personnage, la voix d’opéra crée une présence scénique de l’absent. La voix de la marionnette, par contre, est une voix sensiblement séparée du corps inanimé de la figure ; son lieu d’émission y est manifestement autre, car c’est un marionnettiste qui la lui prête. Quand la source vocale de la marionnette reste invisible, sa voix n’est cependant pas une voix acousmatique, car le corps visible de la marionnette la « désacousmatise ». En revanche, quand la source vocale est visible comme au Bunraku, la scène se scinde en un lieu du corps de la marionnette et un lieu de sa voix, car le tayû ou gitayu, le chanteur et récitant qui donne la voix à la figure, y est présent, côté cour, sur une estrade surélevée qui le place, ensemble avec les joueurs des shamisen, à la fois en face des poupées et du public1.

Si l’opéra magnifie le corps du chanteur comme source d’une voix, dont on peut apprécier le timbre et la conduite comme autant de caractéristiques singulières, le théâtre de marionnettes met par contre le spectateur face...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.