Show Less
Restricted access

Les fables à l’école

Un genre patrimonial européen ?

Series:

Edited By Brigitte Louichon, Marie France Bishop and Christophe Ronveaux

Cet ouvrage s’intéresse aux fables à l’école car le genre est présent au sein des écoles publiques européennes depuis le XIXème siècle. Des chercheurs européens en didactique de la littérature, regroupés au sein du réseau HELiCE, analysent quels enjeux didactiques sont impliqués dans l’enseignement des fables.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



À l’issue de cette enquête menée à travers le temps, depuis le XVIIe siècle français jusqu’au XXIe siècle, et à travers quelques espaces européens (la France, la Belgique, la Suisse, la Pologne et la Grèce), quelles conclusions pouvonsnous tirer et quelles perspectives pouvonsnous dessiner?

LA PATRONALISATION

La première remarque concerne le fait que les propositions retenues dans cet ouvrage concernent des espaces linguistiques, culturels et/ou nationaux dans lesquels un auteur s’impose comme référence. Pour la Grèce, Ésope, pour la Pologne, Krasicki, et pour la France, La Fontaine. Celui-ci joue un rôle assez analogue dans les espaces francophones suisses et belges. Il est probable que l’on pourrait observer le même phénomène avec Krylov en Russie. Ces auteurs sont incontestablement des auteurs patrimoniaux. Ils sont présents à peu près à toutes les époques et à tous les niveaux d’enseignement. Lorsque leur présence décroît, essentiellement durant la période 1970-1990, la raison tient au paradigme didactique en vigueur, centré sur la communication. Dans cette perspective, la minoration de la présence des fabulistes patrimoniaux s’explique par le statut de la littérature, considérée comme un discours parmi d’autres. Dans cette logique, l’auteur patrimonial devient emblématique d’une tradition scolaire à laquelle le paradigme communicationnel s’oppose. À ce titre, sa quasi-disparition dans les programmes et les manuels signe, paradoxalement, sa patrimonialité. Nul doute cependant que celle-ci se perpétue dans d’autres lieux, d’autres sph...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.