Show Less
Restricted access

Évaluation partenariale des politiques publiques d’éducation

L’expérience d’un dispositif d’évaluation du fonctionnement de l’enseignement primaire

Series:

Jean-Marc Huguenin and Georges Solaux

Dans cet ouvrage, la méthode de l’évaluation partenariale est développée et appliquée à des cas concrets de politiques publiques d’éducation. Selon cette méthode, les parties prenantes aux politiques d’éducation sont associées aux principales étapes de l’évaluation. Cela permet aux partenaires sociaux d’influer sur le processus, de s’en approprier les résultats et d’en faciliter leur mise en œuvre.

L’ouvrage expose tout d’abord trois cas concrets d’évaluations partenariales dont les étapes d’analyse sont détaillées. Les perceptions et les réactions des parties prenantes y sont notamment relatées. Les évaluations sont ainsi décrites et vécues de l’intérieur. L’ouvrage effectue ensuite un retour critique en présentant les obstacles à l’évaluation partenariale (et les manières de les lever) ainsi que les conditions préalables à une évaluation efficace.

Show Summary Details
Restricted access

Les conditions préalables à l’évaluation partenariale des politiques publiques d’éducation

Extract



Introduction

La première harmonisation réalisée entre les quatre experts de l’Observatoire a concerné l’adoption des standards de la Société suisse d’évaluation (SEVAL). Ces standards définissent les « exigences qui doivent être posées aux évaluations, mais pas les instruments pour leur mise en œuvre » (Widmer, Landert & Bachmann, 2000, p. 1). Ces standards sont divisés en quatre groupes : l’utilité, la faisabilité, la déontologie et la précision. En s’inspirant fortement de Widmer, Landert et Bachmann (2000), ces quatre groupes peuvent être définis ainsi :

• les standards d’utilité garantissent qu’une évaluation est orientée sur les besoins d’information des utilisateurs de l’évaluation prévue ;

• les standards de faisabilité sont centrés sur le réalisme et la conscience des coûts de la réalisation ;

• les standards de déontologie couvrent le respect du droit et de l’éthique ;

• les standards de précision garantissent qu’une évaluation fournit et transmet des informations valides et utilisables.

Une lecture attentive des standards SEVAL montre que les quatre groupes de standards sont centrées sur les acteurs concernés par l’évaluation : l’utilité doit répondre à leurs besoins ; la faisabilité suppose diplomatie ; la déontologie leur accorde l’attention qui leur est due ; la précision leur garantit des informations valides et utilisables. Cette typologie de standards exige par conséquent la connaissance des partenaires sociaux,←105 | 106→ autrement dit la connaissance des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.