Show Less
Restricted access

Le jugement professionnel, au cœur de l’évaluation et de la régulation des apprentissages

Series:

Lucie Mottier Lopez and Walther Tessaro

Le jugement professionnel est au cœur des pratiques d’enseignement. Il représente un enjeu crucial pour l’évaluation formative et certificative des apprentissages des élèves. Il oriente le regard sur les compétences professionnelles nécessaires à l’exercice d’une évaluation pédagogique de qualité, inscrite dans un cadre éthique et déontologique. À travers le jugement professionnel, l’ouvrage a pour objectif de mieux comprendre le caractère complexe de l’évaluation située des apprentissages des élèves. Les chapitres présentent des recherches menées dans différents ordres d’enseignement et contextes de formation. Les auteurs ont choisi diverses entrées de problématisation : pratiques de notation, implication de l’élève dans l’évaluation, régulations dans des situations d’évaluation de compétences, négociation des cultures d’évaluation y compris au-delà de la salle de classe.
Show Summary Details
Restricted access

L’enjeu de la subjectivation dans les pratiques d’évaluation à l’école élémentaire

Extract



Nathalie Younès, Martine Sasse et Jean Michel Darj

Le risque aliénant des pratiques d’évaluation traditionnelles, basées sur le classement par la note, a été largement documenté par des décennies de recherches en sciences sociales, aussi bien en termes de reproduction et de légitimation des inégalités qu’en termes identitaires, motivationnels et d’apprentissage (Butera, Buchs & Darnon, 2011). L’évaluation aliénante ou «nocive» est celle qui, en catégorisant l’élève, tend à le positionner parmi d’autres, dans une logique de comparaison sociale, au détriment d’un projet de progression propre.

A contrario, une évaluation qui a une fonction émancipatrice tend à envisager l’élève comme un sujet en tant que tel, capable de se situer et de participer à une stratégie de progression personnelle. Il s’agit, par le moyen de l’évaluation, de lui faire prendre conscience que son histoire s’inscrit dans une dynamique singulière dans laquelle ses actions sont productrices d’effets sur soi et sur autrui. C’est ce que nous nommons une évaluation subjectivante qui ne se réduit pas à l’autoévaluation, ou plus généralement à l’implication de l’élève dans l’évaluation mais renvoie à la création d’un ordre intersubjectif entre le maître et l’élève. Dans cet ordre intersubjectif, la construction dialoguée des jugements est centrale et requiert l’encouragement, l’étayage et la valorisation de la parole de l’élève.

Ce chapitre présente...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.