Chargement...

La didactique des langues dans la formation initiale des enseignant.e.s en Suisse / Fremdsprachendidaktik in der Schweizer Lehrer*innenbildung

Quelles postures scientifiques face aux pratiques de terrain? / An welchen wissenschaftlichen Positionen orientiert sich die Praxis?

de Jésabel Robin (Éditeur de volume) Martina Zimmermann (Éditeur de volume)
©2022 Collections 248 Pages
Open Access
Série: Transversales, Volume 49

Résumé

Quelles sont les approches scientifiques et méthodologiques sur lesquelles se base la didactique des langues dans un pays comme la Suisse, où chaque canton décide de manière plus ou moins autonome des langues « étrangères » qui y sont enseignées et dans quel ordre ? Quels sont les concepts fondamentaux, les notions et les épistémologies retenus et légitimés par les curricula de formation ? Telles sont les questions qu’aborde l’ouvrage.
Welche wissenschaftsmethodischen und inhaltlichen Positionen sind im Bereich Fremdsprachendidaktik in einem Land wie der Schweiz aktuell, wo jeder Kanton mehr oder weniger autonom darüber entscheidet, welche Fremdsprachen in welcher Reihenfolge unterrichtet werden? Welche Epistemologie bzw. welche theoretischen Konzepte und Begriffe finden Eingang in Curricula der Lehrer*innenbildung? Diesen Fragen geht der vorliegende Sammelband nach.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos des directeurs de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Sommaire
  • Préface
  • Positionnements scientifiques en didactique des langues dans les formations d’enseignant·e·s en Suisse : tentative de recensement critique Wissenschaftliche Positionen in der (Fremd-)Sprachendidaktik der Schweizer Lehrer*innenbildung: ein Orientierungsversuch (Jésabel Robin & Martina Zimmermann)
  • 1. Les traces de l’approche par compétences
  • Fremdsprachendidaktik als Disziplin und interdisziplinär angelegtes Feld – Das wissenschaftliche Verständnis der Professur Französischdidaktik und ihre Disziplinen am Institut Primarstufe an der Pädagogischen Hochschule FHNW (Mirjam Egli Cuenat, Gwendoline Lovey & Magalie Desgrippes)
  • Die Herausforderung dialogisches Sprechen mittels Tasks zu lehren: Wenn ein verbreitetes Modell an einen spezifischen Kontext angepasst werden muss (Brigitte Reber)
  • 2. Les enjeux du plurilinguisme
  • Die Ausbildung zur Französischlehrperson auf der Sekundarstufe I: Zum Spannungsfeld des fachdidaktischen Studienbereichs und seiner Bezugswissenschaften (Giuseppe Manno, Carine Greminger Schibli & Jan-Oliver Eberhardt)
  • Integrierte Mehrsprachigkeitsdidaktik: Auf dem Weg zu einer gestaltungsorientierten Definition (Rico Cathomas, Vincenzo Todisco, Dominique Caglia, Maria Chiara Moskopf-Janner, Susanne Oberholzer)
  • Bilingualen Berufskundeunterricht in der Schweizer Berufsbildung umsetzen (Kathrin Jonas Lambert & Antje Barabasch)
  • 3. Du rejet des modèles aux pratiques réflexives
  • Lire les étonnements en classe de didactique pour faire dire ses étonnements en classe de langue… (Alessandra Keller-Gerber)
  • Anti-bias Education in English Language Teaching: Unpacking Textbooks, Packing a New Suitcase (Laura Loder Buechel)
  • Critical Incidents im Fachdidaktischen Coaching Englisch der Sekundarstufe I (Nikola Mayer)
  • Qu’enseigne-t-on quand on enseigne une langue-culture étrangère ? Tentative pour appréhender un objet d’enseignement complexe (Susanne Wokusch)
  • Contre-Point
  • Fremdsprachendidaktik und Fremdsprachenlehrer*innenbildung in der Schweiz im Spannungsfeld zwischen Eigenpositionierung und Internationalisierung (Christiane Fäcke)
  • Titres de la collection

←8 | 9→

Préface

←9 | 10→

←10 | 11→

Jésabel Robina & Martina Zimmermannb

a. Pädagogische Hochschule Bern
b. Pädagogische Hochschule Luzern

Positionnements scientifiques en didactique des langues dans les formations d’enseignant·e·s en Suisse : tentative de recensement critique

Wissenschaftliche Positionen in der (Fremd-)Sprachendidaktik der Schweizer Lehrer*innenbildung: ein Orientierungsversuch

À l’origine de ce projet…

Ainsi toute culture scientifique doit commencer […] par une catharsis intellectuelle et affective. Reste ensuite la tâche la plus difficile : mettre la culture scientifique en état de mobilisation permanente, remplacer le savoir fermé et statique par une connaissance ouverte et dynamique, dialectiser toutes les variables expérimentales, donner enfin à la raison des raisons d’évoluer.

(Bachelard, 1970, p. 14)

Clarifier et faire clarifier les positionnements scientifiques… près d’un siècle après sa publication, cette citation n’a rien perdu de son actualité ni de sa pertinence. Gaston Bachelard et bien d’autres ont inspiré ce projet dont le but était de s’expliquer sur la scène scientifique, de retourner aux sources de nos propres ancrages afin de mieux appréhender et reconnaître, justement, la diversité des postures. Si, comme le souligne Philippe Blanchet « pour élaborer une didactologie / didactique de quelque chose, il faut avoir une théorie de ce quelque chose » (2018, p. 209), l’idée était véritablement de proposer ←11 | 12→aux professionnel·le·s de la didactique des langues en Suisse d’expliciter leur·s épistémologie·s puisque, justement, au sein d’un même champ, rien n’est évident, tout est construit. La posture scientifique s’accompagne d’un constant et nécessaire travail de remise en question et d’une certaine prise de risques : ne pas laisser parler des convictions mais, au contraire, être prêt·e·s à quitter la zone des « certitudes didactiques » pour participer de manière consciente et honnête au débat d’idées. Respecter les cadres, conditions officielles et autres limitations de la mise en place institutionnelle des formations en didactique des langues, n’exclut pas le droit de les questionner, au contraire, cet ouvrage est une invitation à (re)penser le champ des possibles en contexte de formation.

Les disciplines sont des constructions académiques qui induisent des pratiques et chaque conception scientifique s’accompagne de sa propre terminologie. Là où certain·e·s convoquent des « acteur·e·s », « représentations », « pratiques », « dispositifs », « contextualisation », etc., d’autres se réclament de « compétences », « tâches », « actions », « référentiels », « (post)constructivisme », etc., se rapprochant de (ou au contraire prenant leurs distances avec) la linguistique et d’autres disciplines universitaires. Cela signifie-t-il pour autant que les objectifs et finalités (Elmiger et al., 2020) soient pensés différemment ? Les écoles de pensée et la circulation des idées s’articulent-elles en fonction des espaces linguistiques ? Cet exclusif paramètre semble à première vue simpliste et les espaces où l’on grandit scientifiquement ne sont pas forcément géographiques ni linguistiques. Le voyage des idées porte en germe le potentiel de transcender les cadres et c’est justement la manière dont ces éléments s’articulent dans un contexte institutionnel donné qui est ici centrale : lors de leur circulation, les concepts sont exposés, pour le meilleur comme pour le pire, à la décontextualisation et aux (ré)interprétations. Comment la didactique du plurilinguisme des espaces anglophones est-elle par exemple interprétée en contexte suisse ? Quelles épistémologies circulent ou sont au contraire marginalisées dans les espaces suisses de formation ? D’où viennent les concepts adoptés ou comment déterminer leurs origines ? Pierre Bourdieu souligne à ce sujet :←12 | 13→

Ainsi, le sens et la fonction d’une œuvre étrangère sont déterminés au moins autant par le champ d’accueil que par le champ d’origine. Premièrement, parce que le sens et la fonction dans le champ originaire sont souvent complètement ignorés. Et aussi parce que le transfert d’un champ national à un autre se fait à travers une série d’opérations sociales : une opération de sélection (qu’est-ce qu’on traduit ? qu’est-ce qu’on publie ? qui traduit ? qui publie ?) ; une opération de marquage […] ; une opération de lecture enfin, les lecteurs appliquant à l’œuvre des catégories de perception et des problématiques qui sont le produit d’un champ de production différent. (Bourdieu, 2002, § 6)

Tous ces questionnements sont autant de réflexions sur le rôle et la diversité des conceptions de la didactique des langues et sur les liens entre pratiques de recherche impliquées et/ou appliquées1.

De la formation des enseignant·e·s de langue·s en Suisse et des « didacticien·ne·s »

À l’heure où la didactique des langues cherche à asseoir en Suisse une légitimité nouvellement acquise, répertorier les concepts de base et la littérature fondatrice du champ, tel qu’il est pensé, a semblé incontournable. Les formations en didactique des langues des futur·e·s enseignant·e·s du primaire sont en effet courtes en Suisse : 5 à 8 ECTS2 à la Pädagogische Hochschule Bern ou 8 ECTS à la Pädagogische Hochschule Luzern3 par exemple ; elles sont en revanche plus importantes pour les futur·e·s enseignant·e·s du secondaire.←13 | 14→

On peut donc s’étonner que la didactique des langues secondes et étrangères ne soit pas encore académiquement reconnue dans un pays comme la Suisse dont la préoccupation majeure est la gestion des langues et leur transmission, garantes du projet politique d’une Suisse plurilingue et de sa cohésion sociale. (Gohard-Radenkovic, 2005, p. 2)

Résumé des informations

Pages
248
Année
2022
ISBN (PDF)
9782807619357
ISBN (ePUB)
9782807619364
ISBN (Broché)
9782807619340
DOI
10.3726/b18726
Open Access
CC-BY-NC-ND
Langue
français
Date de parution
2022 (Janvier)
Mots clés
plurilinguisme politiques éducatives enseignement épistémologie politiques linguistiques Bildungspolitik Unterricht Epistemologie Mehrsprachigkeit Sprachpolitik
Published
Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2022. 248 p., 11 ill. n/b, 8 tabl.

Notes biographiques

Jésabel Robin (Éditeur de volume) Martina Zimmermann (Éditeur de volume)

Jésabel Robin travaille en didactique des langues et des cultures et en sociolinguistique à la PHBern depuis 2007. Martina Zimmermann war zwischen 2013 und 2021 Dozentin im Bereich Fremdsprachen der Pädagogischen Hochschule Luzern tätig. Seit 2021 ist sie assoziierte Professorin an der HEP Vaud in der Unité d’enseignement et de recherche « Didactiques des langues et cultures ».

Précédent

Titre: La didactique des langues dans la formation initiale des enseignant.e.s en Suisse / Fremdsprachendidaktik in der Schweizer Lehrer*innenbildung