Search Results

You are looking at 11 - 20 of 104 items for

  • Author or Editor: Ministère des Affaires étrangères x
Clear All Modify Search
Restricted access

Documents diplomatiques français

1971 – Tome II (1er juillet – 31 décembre)

Series:

Edited by Ministère des Affaires étrangères

En plein cœur de l’été, le monde occidental tout entier est bousculé par la décision prise par le président Nixon le 15 août 1971 de supprimer la convertibilité du dollar en or. Depuis les accords de Bretton Woods en 1944, instaurant un système de changes fixes entre monnaies, et reconnaissant au dollar le rôle de monnaie de réserve, la monnaie américaine est au cœur du système monétaire international. Mais, confronté à l’accumulation des déficits américains et à l’imminence d’une crise, Richard Nixon décide l’inconvertibilité du dollar et une surtaxe sur les importations. Ces mesures sont prises sans aucune concertation avec les partenaires européens, qui tentent de « définir une attitude concertée et si possible commune ». D’où de multiples rencontres internationales, en particulier celle des Açores où le président Pompidou rencontre le président Nixon les 13 et 14 décembre, à l’origine des accords de la Smithsonian Institution qui signent la fin du système de 1944.
L’accord quadripartite sur Berlin du 3 septembre 1971 réaffirme les droits et les responsabilités des quatre grandes puissances, sauvegarde la liberté de Berlin-Ouest et donne à la RFA une liberté d’action pour déployer l’ Ostpolitik. Parallèlement la diplomatie française est particulièrement présente dans les pays d’Europe de l’Est, en particulier en Union soviétique.
Les relations de la France avec les pays du Proche-Orient continuent de se développer : Arabie saoudite, Irak, Iran, surtout la Libye dont le vice-président est reçu par le président Pompidou.
En Asie, alors que la République populaire de Chine est enfin admise aux Nations unies, et que les négociations pour le retour de la paix au Vietnam piétinent, la grande affaire est celle de la prise de contact directe entre Washington et Pékin avec la visite programmée pour le début de l’année 1972 du président Nixon en Chine.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1938 – Tome III (10 juin – 2 septembre)

Ministère des Affaires étrangères

Présenter la politique étrangère de la France dans tous ses aspects notables, tel est l’objet des volumes des Documents diplomatiques français : pénétrer dans le secret des chancelleries, suivre le regard des diplomates français aux quatre coins du monde et leurs négociations politiques ou commerciales, leur rôle culturel, voir comment s’élabore la décision de politique étrangère à Paris, assister grâce aux procès-verbaux aux entretiens entre les principaux responsables, voilà quelques-unes des possibilités offertes aux lecteurs avides d’une histoire fondée sur des sources irréfutables.
Puisés dans les fonds d’archives du ministère des Affaires étrangères, ces documents, qui concernent les différentes périodes du XX e siècle, des plus récemment ouvertes à la consultation sur les années 1960, aux plus anciennes sur la Grande Guerre, sont sélectionnés avec objectivité et annotés avec soin par des équipes d’archivistes et d’historiens.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1948 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Ministère des Affaires étrangères

L’essentiel du premier semestre 1948 concerne l’aggravation de la situation en Europe orientale (« coup de Prague » en particulier), la détérioration accélérée des relations Est-Ouest avec l’entrée désormais évidente dans la Guerre froide, les premières réactions des Européens de l’Ouest (Pacte de Bruxelles), le début de l’organisation du monde occidental (mise en place effective du European Recovery Program, premières réflexions et démarches en vue de ce qui sera en 1949 l’Alliance atlantique, conférence de Londres lançant le processus qui aboutira l’année suivante à la création de la République fédérale d’Allemagne) et le début de la réaction soviétique face à ce raidissement occidental au moyen du blocus de Berlin.
La France joue pleinement son rôle dans toutes ces affaires, tout en s’efforçant de maintenir deux objectifs essentiels de sa politique : que l’évolution de la question allemande ne remette pas en cause sa sécurité et ses moyens de contrôle par rapport à l’Allemagne, et que les Occidentaux en général, et en particulier les Américains, ne durcissent pas davantage la situation en réagissant de façon excessive face à Moscou.
En même temps, on voit apparaître ce qui allait constituer les deux axes majeurs de la politique de la IV e République : la construction européenne comme un cadre pour permettre à la France de contrôler l’évolution de l’Allemagne ; et l’idée que, si les États-Unis veulent relever le défi soviétique, en prenant le risque de graves tensions, ils doivent alors s’engager concrètement pour garantir la sécurité de l’Europe occidentale. En effet, dès le mois d’avril, en liaison avec l’évolution du problème allemand à la conférence de Londres, où les Trois Occidentaux se dirigent de plus en plus vers la création d’un État allemand, l’hypothèse d’une réaction soviétique à Berlin est évoquée, ce qui pose la question du type d’appui que Washington serait disposé à apporter à l’Europe occidentale. À partir de là, le thème de la défense de l’Europe, dans le cadre du pacte de Bruxelles et avec l’appui américain, prend une importance considérable. À partir de la fin mai, la stratégie du Quai d’Orsay est de conseiller au gouvernement de monnayer auprès des Anglo-Saxons la fusion des zones et la création d’un État ouest-allemand contre la mise sur pied d’un système de défense du monde occidental.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1915 – Tome II (26 mai – 15 septembre)

Ministère des Affaires étrangères

Ce second volume de l’année 1915 est consacré à la période allant du 26 mai au 15 septembre, date des ultimes propositions des Alliés à la Bulgarie. Ce sont quatre mois particulièrement denses sur le plan diplomatique: il ne s’agit pas seulement, pour l’Entente, de tenter de faire basculer la Bulgarie de son côté mais aussi de faire face à des problèmes préexistants qui s’aggravent avec le temps, manque d’argent et d’armement chez les Alliés, grave incertitude sur la situation en Russie à un moment où la présence russe dans les Balkans s’avère de plus en plus nécessaire. Certes, les peuples balkaniques occupent le devant de la scène mais quatre autres grandes questions se posent aux Alliés en Orient avec Salonique, les Dardanelles, la Syrie et l’Égypte qui affectent le monde maghrébin. De plus, les Alliés sont confrontés à des questions en pleine évolution: création d’un État yougoslave, mouvement tchèque et problème arménien.
L’aspect économique du conflit se renforce. Les Alliés, cherchant à coordonner leurs actions dans le domaine de la surveillance du transit des denrées et matières premières, appuient la création de sociétés de surveillance aux Pays-Bas et en Suisse. En même temps, Alliés et Neutres pensent à la reconstruction du monde après la paix, précisément dans le domaine économique mais aussi par la création de nouveaux États dont l’esquisse des tracés frontaliers fera l’objet de longues discussions lors des négociations de paix.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1947 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Ministère des Affaires étrangères

Le premier semestre de l’année 1947 voit se produire, sur la scène internationale, des événements importants. Certains, comme la signature des traités de paix avec les alliés de l’Allemagne, en particulier l’Italie le 10 février, clôturent le cycle de la Seconde Guerre mondiale, alors que d’autres annoncent déjà la Guerre froide. En effet la France commence discrètement à choisir son camp, entre les Anglais et les Américains d’une part, les Soviétiques de l’autre. Les origines du Plan Marshall, l’évolution rapide du problème allemand, la détérioration des rapports avec Moscou, le resserrement des relations avec Londres, les rapports complexes avec l’Europe orientale, les problèmes croissants de l’Asie, et en particulier de l’Indochine, ainsi que ceux du Moyen-Orient, constituent la trame de ce volume très riche.
Ce volume nous éclairera tout particulièrement sur deux points. D’abord sur l’Europe orientale où les problèmes religieux se posent de façon souvent aiguë au nouveau pouvoir communiste, on note que la Quatrième République joue d’une certaine façon le rôle d’intermédiaire discret entre le Saint-Siège et les gouvernements des démocraties populaires.
Ensuite, ce volume se penche sur la situation en Indochine et souligne les hésitations et les contradictions de la politique suivie, et leur raison profonde. En effet, dans le souci de ne pas créer un précédent qui pourrait, à terme, compromettre la présence française en Afrique du Nord, le gouvernement en arrive à exiger que la France, à travers l’Union française, assure l’intégralité de la défense et de la représentation extérieure des États indochinois associés. Or ceci entre en contradiction avec les accords passés avec Hô Chi Minh l’année précédente. Les hauts fonctionnaires responsables de l’Indochine apparaissent souvent bien conscients de l’impasse dans laquelle on s’engage, alors que la prochaine indépendance indienne bouleverse la situation en Asie.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1947 – Tome II (1er juillet – 31 décembre)

Ministère des Affaires étrangères

La proposition d’aide à l’Europe formulée par le général Marshall le 5 juin continue à occuper au cours du second semestre de 1947 le devant de la scène. Il est tout de suite évident que l’on se dirige vers la coupure du continent en deux. Mais une fois le principe de l’aide Marshall admis, de nombreux problèmes se posent. La question allemande est également liée au plan Marshall : la France doit-elle accepter ou pas de fusionner sa zone avec les deux autres zones occidentales ? Il devient rapidement évident, pour la plupart des responsables, qu’il n’y a pas d’autre solution réaliste, même si on se garde bien de le proclamer. Le choix occidental de la France est désormais clair. L’un des apports majeurs de ce volume est de démontrer que le rapprochement franco-britannique manifesté par le traité de Dunkerque n’a pas été qu’un feu de paille mais a lancé une réelle phase de coopération.
Les affaires du monde arabo-musulman préoccupent toujours davantage Paris. Mais bien entendu c’est la question de la Palestine qui domine. La formule du partage suscite à Paris de sérieux doutes, même si certains estiment qu’il s’agit de la moins mauvaise solution, mais finalement la France décide de se rallier à la majorité lors du vote à l’ONU du 28 novembre. Mais une grande affaire reste l’Asie. En Indochine, on conclut avec Bao Daï la déclaration de la Baie d’Along, le 6 décembre. Cette déclaration est ambiguë. À Paris les réactions sont diverses. Les services du Quai paraissent penser, à la différence du gouvernement, que cette déclaration est si favorable à la France qu’elle n’a aucune chance d’amener les partisans de Hô Chi Minh à se séparer de lui et à rallier Bao Daï. Le décor de la guerre d’Indochine était désormais définitivement en place.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1936 – Tome III (19 juillet – 19 novembre 1936) – Réimpression

Ministère des Affaires étrangères

Guerre d’Espagne, effritement du système militaire français, arrogance nazie à l’occasion des Jeux olympiques, proclamation de l’axe Rome-Berlin, annonce du pacte germano-japonais, les ombres croissent sur le monde en ce deuxième semestre de l’année 1936. « Les périls qui existent aujourd’hui ne sont pas propres à la France et à Allemagne... Il paraît impossible de cantonner ou de diviser la paix » déclare Léon Blum, président du Conseil, à la conférence de Londres sur l’Espagne. Il ne peut pourtant se faire entendre et se résigne à adopter la non-intervention.
Les 514 documents réunis dans ce volume en 1964 par Pierre Renouvin n’ont rien perdu de leur pertinence. Extraits des archives des Affaires étrangères, des Armées, des Finances ainsi que des papiers personnels de deux diplomates de premier plan, René Massigli, directeur politique adjoint du ministère des Affaires étrangères, et Jacques Fouques-Duparc, chef de cabinet du ministre, étayés par un apparat critique précis, ils donnent de la politique française une vision saisissante où se confrontent les points de vue des décideurs et des observateurs.
Pierre Renouvin (1893-1974), doyen de la faculté des lettres de Paris de 1955 à 1958, est notamment l’auteur de Introduction à l’histoire des relations internationales, La Première guerre mondiale, La Question d’Extrême-Orient, 1840-1940. Il a dirigé aux éditions Hachette une Histoire des relations internationales en huit volumes (rééditée en 1994).
Restricted access

Documents diplomatiques français

1945 – Annexes (11 septembre – 2 octobre)

Ministère des Affaires étrangères

Présenter la politique étrangère de la France dans tous ses aspects notables, tel est l’objet des volumes des Documents diplomatiques français : pénétrer dans le secret des chancelleries, suivre le regard des diplomates français aux quatre coins du monde et leurs négociations politiques ou commerciales, leur rôle culturel, voir comment s’élabore la décision de politique étrangère à Paris, assister grâce aux procès-verbaux aux entretiens entre les principaux responsables, voilà quelques-unes des possibilités offertes aux lecteurs avides d’une histoire fondée sur des sources irréfutables.
Puisés dans les fonds d’archives du ministère des Affaires étrangères, ces documents, qui concernent les différentes périodes du XX e siècle, des plus récemment ouvertes à la consultation sur les années 1960, aux plus anciennes sur la Grande Guerre, sont sélectionnés avec objectivité et annotés avec soin par des équipes d’archivistes et d’historiens.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1963 – Tome I (1er janvier – 30 juin)

Ministère des Affaires étrangères

Présenter la politique étrangère de la France dans tous ses aspects notables, tel est l’objet des volumes des Documents diplomatiques français : pénétrer dans le secret des chancelleries, suivre le regard des diplomates français aux quatre coins du monde et leurs négociations politiques ou commerciales, leur rôle culturel, voir comment s’élabore la décision de politique étrangère à Paris, assister grâce aux procès-verbaux aux entretiens entre les principaux responsables, voilà quelques-unes des possibilités offertes aux lecteurs avides d’une histoire fondée sur des sources irréfutables.
Puisés dans les fonds d’archives du ministère des Affaires étrangères, ces documents, qui concernent les différentes périodes du XX e siècle, des plus récemment ouvertes à la consultation sur les années 1960, aux plus anciennes sur la Grande Guerre, sont sélectionnés avec objectivité et annotés avec soin par des équipes d’archivistes et d’historiens.
Restricted access

Documents diplomatiques français

1963 – Tome II (1er juillet – 31 décembre)

Ministère des Affaires étrangères

Présenter la politique étrangère de la France dans tous ses aspects notables, tel est l’objet des volumes des Documents diplomatiques français : pénétrer dans le secret des chancelleries, suivre le regard des diplomates français aux quatre coins du monde et leurs négociations politiques ou commerciales, leur rôle culturel, voir comment s’élabore la décision de politique étrangère à Paris, assister grâce aux procès-verbaux aux entretiens entre les principaux responsables, voilà quelques-unes des possibilités offertes aux lecteurs avides d’une histoire fondée sur des sources irréfutables.
Puisés dans les fonds d’archives du ministère des Affaires étrangères, ces documents, qui concernent les différentes périodes du XX e siècle, des plus récemment ouvertes à la consultation sur les années 1960, aux plus anciennes sur la Grande Guerre, sont sélectionnés avec objectivité et annotés avec soin par des équipes d’archivistes et d’historiens.