Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Déraison et Hérésie

Extract

Déraison que répondre à ma dernière lettre qui reprenait, dans les mêmes termes, ma lettre précédente qui n’avait pas obtenu cette faveur. Hérésie que m’envoyer trois pages explicatives pour justifier votre silence à l’endroit d’une missive qui n’avait pour autre sujet de préoccupation que l’évolution, sinon l’émancipation, de nos rapports de privilégiés, on ne peut plus. N’est-ce pas déraison que répondre à ma dernière lettre dont le contenu n’était que le référent de celle que vous aviez dédaignée et qui, copie conforme, se posait en interrogation quant à la réception de celle qui l’avait précédée, celle-là même qui ne méritait pas, selon vous, de réponse ? Avouez que c’est hérésie de prêter l’oreille à la seconde qui ne faisait que se référer à la première qui vraisemblablement avait eu sa place toute trouvée dans la corbeille à papiers ? Sous entendriez-vous qu’il n’est jamais trop tard pour une bonne action qui aurait pour but de m’induire à penser, en toute amitié, qu’à mon tour, ma place serait toute trouvée parmi « Les Fascinées de la Charité » dans ce tableau de Georges Moreau de Tours ?* Mais, fascinée, par qui ? mon cher ? Quand Pie V chercha à renverser Élisabeth Première d’Angleterre, souvenez-vous que si elle vainquit c’est parce qu’elle s’avisa que le meneau est à la fenêtre ce qu’est le merlon à la porte ! Vivre entre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.