Show Less
Restricted access

Outras Margens / Autres Marges

A vitalidade dos espaços de língua portuguesa / La vitalité des espaces de langue portugaise

Series:

Edited By Marie-Arlette Darbord

Cet ouvrage traite de « marges » à partir du point de vue de Laurent Mattiusi qui considère que « se situer en marge d’un lieu ne consiste pas à rompre avec lui sans retour, mais à prendre du recul pour voir sous l’angle de l’autre ». Les auteurs abordent ici la relation entre les pays de langue portugaise, relation définie par Édouard Glissant comme une éthique de l’altérité, comme la projection d’un renouveau. Sont examinées l’évolution de la langue, l’imaginaire littéraire ou artistique, l’histoire croisée de ces pays ou le métissage des cultures. Toutes ces façons d’aborder la question dévoilent une vitalité et une richesse incontestables. L’ouvrage permet de réfléchir à la multiplicité des échanges entre plusieurs continents, dessinant peut-être les traces d’une nouvelle mondialité enrichie par une éthique de la relation.

Esta obra fala de « margens » a partir do ponto de vista de Laurent Mattiusi que considera que « situar-se na margem dum lugar não consiste em afastar-se dele sem regresso, mas recuar para ver na perspectiva do outro ». Os autores abordam aqui a relação entre os países de língua portuguesa, relação definida por Édouard Glissant como uma ética da alteridade, como a projecção dum renascimento. São examinadas a evolução da língua, o imaginário literário ou artístico, a história cruzada desses países ou a mestiçagem das culturas. Todas estas formas de abordar a questão revelam uma vitalidade e uma riqueza incontestáveis. A obra permite de refletir na multiplicidade das permutas entre vários continentes, desenhando talvez as marcas duma nova mundialidade enriquecida por uma ética da relação.

Show Summary Details
Restricted access

Les Fantômes de l’histoire dans le cinéma portugais contemporain (António Preto)

Extract

← 172 | 173 →

Les Fantômes de l’histoire dans le cinéma portugais contemporain

António PRETO

CEAA / ESAP (Centro de Estudos Arnaldo Araújo / Escola Superior Artística do Porto)

Le cinéma portugais contemporain – disons, la production cinématographique des dernières quatre décennies – est hanté par l’Histoire du pays. En réinventant l’héritage du romantisme littéraire du XIXe siècle, plusieurs cinéastes ce sont engagés dans la mise en question des représentations historiques du passé du Portugal, soit pour ce qui est du démontage de l’identité hyperbolique avec laquelle l’Estado Novo a voulu se confondre, soit aussi pour ce qui est des images emblématiques de la rupture, sensées interrompre le flux des images qui reliait la propagande du régime salazariste aux moments-clés de la fondation (voire de la refondation) du pays, conférant ainsi un statut imaginaire – et donc politique – nouveau à ce qui suit la Révolution de 1974. Ni continuité ni rupture historique, ni simplement déconstruction de la mythologie identitaire nationale pour y reconstruire, à sa place, et sur ses ruines, une contre-mythologie, inversée et paisible ; ni encore substitution d’une image ancienne par une nouvelle image, mais plutôt une mise en question des représentations à travers la dialectisation du passé et du présent dans une image composée où différentes temporalités se superposent, se miroitent et, bien entendu, se commentent et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.