Show Less
Restricted access

Un dénuement fastueux

Les œuvres d’art dans les chartreuses médiévales

Series:

Cristina Dagalita

En 1385, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi fonde la chartreuse de Champmol, près de Dijon. Les œuvres somptueuses réalisées pour ce monastère reflètent-elles la spiritualité des chartreux ? Cet ouvrage propose un regard transversal sur l’art produit pour les moines chartreux au cours du Moyen Âge. Il analyse la manière dont ceux-ci envisageaient la création artistique, d’après le témoignage de leurs textes normatifs ou mystiques. Peut-on dire qu’il y a eu un « art chartreux » ? La présent livre explore les mécanismes de la commande artistique en se plaçant du point de vue d’un ordre placé sous le sceau de l’austérité, mais destinataire de nombreuses œuvres d’art.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3. Le monastère de Vauvert, près de Paris, un modèle pour l’ordre des chartreux

Extract

Chapitre 3

Le monastère de Vauvert, près de Paris, un modèle pour l’ordre des chartreux

La fondation royale de 1259

Un chapitre privé se tenait à la Grande Chartreuse, le 4 août 1257. Il avait pour but d’évaluer une question majeure dans l’histoire de l’ordre. Quelque temps auparavant, Louis IX avait demandé à la maison-­mère de permettre l’installation d’une chartreuse près de Paris. Pour une suite favorable, le moment ne pouvait être plus propice. En ce milieu du XIIIe siècle, le nombre des fondations ayant sensiblement augmenté, des tensions faisaient leur apparition lors des chapitres généraux. La place du prieur général, jugée écrasante, était remise en cause. Une vingtaine d’années et plusieurs arbitrages externes furent nécessaires pour résoudre ce conflit latent, mais en 1271 l’ordre en sortait fort d’une première grande compilation de lois, les Antiqua statuta. S’il restait important, le rôle du supérieur de la Grande Chartreuse était atténué à la fois dans les chapitres annuels et par les chapitres privés.

Le renouveau était porté par un groupe de réformateurs mené par dom Riffier, prieur du monastère de Bouvante, dans le Vercors. En 1257, Riffier était élu supérieur de la maison-­mère267. Avec lui commençait une période de discussions – à l’instar de celle du 4 août – visant à donner au rigorisme cartusien une souplesse qui lui serait...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.